Pinky: histoire d'un micro-serveur

Mise à jour 09/02/2006

"Pinky" est le nom d'un micro-serveur monovoie Minitel aujourd'hui fermé. Je l'ai créé en juin 1986 et fermé en juin 1992. Durant ces six années il fonctionna sur un ordinateur Téléstrat puis sur un Atari ST et enregistra 32 000 appels. Vous trouverez sur cette page Web l'histoire de ce serveur, accompagné de photos du matériel et de copies d'écran vidéotex du contenu du service.

 

.

 

 

Contenu de cette page:

1) Présentation de Pinky

2) La vie de Pinky (1986-1992):

a) 1986: la version Téléstrat

b) 1989: la version Atari ST

c) 1990: le service militaire

d) 1991: le monde professionnel

e) 1992: fermeture de Pinky

f) 2000: mon regard actuel sur Pinky

3) Comment Pinky fut connu des utilisateurs

4) Le serveur au quotidien, côté "Sysop":

a) Les écrans système

b) Le dialogue sysop

5) Le tour de Pinky

a) Les rubriques thématiques

Rubrique Atari ST

Rubrique Telestrat et Oric-1/Atmos

Rubrique Mac

Rubrique Pinky

Rubrique Télématique

Rubriques culturelles

Forum général

b) Le panneau d'affichage

c) Quelques CV

d) Dessins

e) Pubs autres micro-serveurs

f) Goodies

g) La messagerie

Les boites aux lettres (BAL)

L'éditeur de messages

h) Bonus: l'arborescence

6) Remerciements

7) Témoignages d'utilisateurs de Pinky

8) Historique de cette page

 

 

1) Présentation de Pinky

Vous avez pu voir un peu plus haut la page d'accueil de Pinky suivie du Sommaire. Je crois que le plus simple pour vous présenter Pinky est de vous laisser lire les écrans de présentations du serveur.

. . .

Note: le "00:34" en haut à gauche des écrans correspond à la durée de la connexion en cours lorsque j'ai fait les copies d'écran.

Précisions à l'attention de ceux qui ont découvert l'informatique récemment:

Pinky n'était pas accessible par Internet mais par le réseau téléphonique. On composait le 45 04 37 32 avec son téléphone (à l'époque on venait juste de passer à 8 chiffres), on attendait que le serveur décroche et émette une "porteuse", c'est à dire un son strident caractéristique des communications par modem, puis on appuyait sur la touche Connexion/Fin de son Minitel. On était alors connecté sur Pinky et l'écran d'accueil s'affichait, lentement... Je crois que la page d'accueil mettait dans les 8 secondes à s'afficher et les quatre écrans ci-dessus entre 3 et 4 secondes chacun ! En effet, la vitesse de transmission du modem du Minitel n'était que de 1,2 Kbit/s soit 120 caractères par seconde.

Ces vitesses étaient considérées comme normales pour l'époque. Pinky était même à classer parmi les serveurs ayant un affichage rapide et ce pour plusieurs raisons:
- d'abord ses pages étaient "interruptibles", c'est à dire qu'on pouvait changer de page sans devoir attendre que la page courante soit affichée. A l'heure d'internet cette fonctionnalité paraît être une évidence, mais il faut bien avoir conscience que sur tous les serveurs Teletel ("3615 SNCF" par exemple) chaque page devait être intégralement affichée avant qu'une touche soit prise en compte.
- ensuite ses pages étaient optimisées avant émission (une routine écrite en langage machine repérait instantanément toutes les répétitions de caractères et les remplacait à la volée par un code de répétition spécifique au Minitel).
- enfin, la rémunération des services Minitel sur Teletel étant fonction de la durée, à peu près toutes les pages transmises par les serveurs 3615 contenaient des données invisibles et inutiles, soit involontairement par absence d'optimisation du code des pages, soit délibérément pour rendre leur affichage plus long (et gagner ainsi plus d'argent). D'où la sentence regrettable des utilisateurs concluant que le Minitel était lent et cher, alors que ce n'étaient que les services les plus voyants dont le fonctionnement était volontairement ralenti afin de dégager plus de bénéfice. L'annuaire électronique, rapide et gratuit, reste pour moi le meilleur service Minitel. Sur Pinky évidemment, il n'y avait aucun code invisible et inutiles. Rien que de l'efficace !

Quelquefois, le serveur ne décrochait pas et on entendait le signal téléphonique discontinu rapide indiquant que la ligne était occupée (Pinky n'acceptait qu'un seul utilisateur à la fois). Il fallait alors raccrocher et tenter sa chance quelques minutes plus tard pour pouvoir entrer, en espérant que l'utilisateur soit parti et que personne d'autre n'ait pris sa place.

Le coût de la connexion était celui de la communication téléphonique. Et comme à cette époque les communications nationales (et dans une certaine mesure régionales) étaient des dizaines de fois plus chères que les communications locales, les utilisateurs de Pinky étaient principalement issus de Paris. Au début des années 1980, le tarif local était de 0,77 F (il n'y avait pas de TVA sur le coût du téléphone) toutes les 20 minutes et les réductions horaires atteignaient -65% (voir copie d'écran ci-contre). Consulter des serveurs Minitel en RTC après 23h00 revenait à 0,27 F par tranche de 20 minutes, soit 0,01 F/mn ! Quand les serveurs Minitel grand public dont on voyait fréquemment des affiches publicitaires dans le métro ou les magazines, installés sur "Teletel 3" en 36-15, coûtaient plus de 1 F/mn on comprend le relatif succès des micro-serveurs, ne pouvant accueillir généralement qu'une personne à la fois mais coûtant pas loin de 100 fois moins cher, et regroupant des gens généralement plus avertis et courtois que le tout venant du 36-15...
En 1987 les communications locales passaient à 0,73 F TTC toutes les 6 minutes, puis plus récemment 0,73 F TTC toutes les 3 minutes avec une "simplification avantageuse" des réductions horaires qui a pourtant fait doubler la facture de pas mal de parisiens...



2) La vie de Pinky (1986-1992)

Pinky fonctionnait grâce à un ordinateur relié au réseau téléphonique par un simple Minitel en guise de modem. La configuration matérielle était donc assez simple, et ceux qui ont eu l'occasion de visiter l'installation ont généralement été surpris de voir quelque chose d'aussi ridiculement petit (photos ci-dessous). On imagine souvent que les serveurs fonctionnent grâce à une salle grouillante d'ordinateurs.
Note: j'avais aussi besoin d'un câble de détection de sonnerie téléphonique mais il devint inutile dès l'apparition du Minitel 2, vers 1989.

Deux ordinateurs furent tour à tour utilisés pour Pinky: un Téléstrat de 1986 à 1989 puis un Atari ST de 1989 à 1992.

a) 1986: la version Téléstrat

Pinky a d'abord fonctionné sur un ordinateur Téléstrat. Il était composé d'un processeur 6502, 8 bits, à 1 MHz avec 64 Ko de RAM et trois lecteurs de disquettes 3 pouces de 360 Ko. Les photos ci-contre proviennent d'une vidéo tournée en avril 1989, alors que Pinky avait déjà enregistré 18 405 appels. Elles montrent successivement: l'écran monochrome bleuté, le détail de l'écran de contrôle, l'unité centrale Telestrat, les trois lecteurs de disquettes 3 pouces Microdisc (celui du bas est en activité), un gros plan des lecteurs B et C, la boite de mes disquettes 3 pouces avec au premier plan les archives des forums ("Historique forum") et un bout de cartouche Telematic, et ensuite le source du serveur (Hyper-Basic)... En prime, voici le bruit du démarrage du Téléstrat. Les nostalgiques du Téléstrat isoleront probablement sans difficulté le son de chacun des trois lecteurs de disquettes dont les sonorités sont différentes.

. .. . .

 

Initialement je ne disposais que d'un Téléstrat et j'étais obligé d'interrompre le serveur pour pouvoir le programmer. Les premiers mois ce n'était pas très gênant car, outre le fait que le serveur n'était connu que par quelques copains, sa programmation se bornait à un paramétrage du logiciel "Telematic" intégré à l'ordinateur. Quelques mois plus tard, voulant dépasser les limites du logiciel "Telematic", j'entreprenais la programmation du serveur en Hyper-Basic, ce qui m'a pris nettement plus de temps. Je décidais carrément de fermer le serveur. Lorsqu'il rouvrit je l'avais placé dans un local isolé me permettant de le laisser fonctionner 24h/24 (lorsque Pinky était dans ma chambre, le bruit de crécelle des trois lecteurs de disquettes Microdisc rendait toute tentative de sommeil illusoire). Mais je devais toujours l'interrompre pour programmer, ce qui devenait de plus en plus gênant au fur et à mesure que le nombre d'utilisateurs augmentait. Aussi je m'efforçais de rédiger mes programmes sur papier et d'être le plus efficace possible lors de leur implémentation.
Outre l'acrobatie consistant à programmer sur le papier, l'ajout de nouvelles fonctionnalités au serveur posait de plus en plus de problème compte tenu du manque de mémoire vive. A cette époque, Damien, un utilisateur de Pinky, m'a beaucoup aidé en programmant des routines assembleur 6502 qui déchargeaient ma programmation Hyper-Basic de tâches lourdes et répétitives comme le codage des touches de fonction du Minitel sur un octet, ou la prise en compte automatique de la carte horloge (cette carte, optionnelle, coutait 600 francs !). Les quelques 5% de place gagnés grâce à lui étaient une bénédiction ! Ci-contre une photo de Damien prise lors d'une réunion Oric en 1994 (en arrière plan, Guillaume Meister, fidèle "adversaire" de Damien dans l'affrontement de leurs logiciels d'éditeur de disque concurrents pour Téléstrat "StratDisk", diffusé par Oric-International, et "StraTools", en téléchargement sur Pinky).

Parallèlement à cela, j'avais acquis un Atari ST et je trouvais cette machine formidable. Mais la mettre derrière un service télématique c'était pour moi comme donner de la confiture aux cochons (c'est une expression, n'y voyez pas une attaque personnelle). L'Atari ST avait la carrure pour faire un service télématique multivoie et c'était du gâchis que de le faire gérer une seule voie. Mais finalement, l'idée a fait son chemin et j'imaginais dépasser enfin toutes ces barrières qui m'agaçaient sur le Téléstrat.

- D'abord le manque d'espace disque: les trois lecteurs de disquettes 360 Ko du Téléstrat ne totalisaient que 1 Mo. Non seulement le morcellement de cet espace m'obligeait à faire des acrobaties pour en tirer parti, mais son exiguité m'obligeait à des opérations hebdomadaires de transferts (voulant archiver les messages des forums je devais les recopier sur des disquettes externes, en attendant des jours meilleurs où l'espace disque manquerait moins).
- Ensuite le manque de mémoire vive: j'étais obligé de créer des sous-programmes indépendant s'appelant les uns les autres depuis les disquettes, ce qui produisait des temps d'attente lorsqu'on changeait de zone de l'arborescence. La lenteur des lecteurs de disquettes m'avait conduit à utiliser un disque virtuel en RAM de 64 Ko pour y loger le programme le plus fréquemment utilisé: l'éditeur de messages. A l'époque on pouvait juste ajouter une cartouche de 64 Ko dans le téléstrat (600 francs).
- Enfin il y avait des bugs gênant et incontournables (par exemple des problèmes de pile mal vidées par l'interpréteur qui m'obligeaient à redémarrer automatiquement la machine tous les jours pour éviter les plantages à moyen terme).

A côté de cela, l'Atari ST (10 000 F) c'était 1 Mo de RAM auquel j'avais ajouté ...un disque dur de 30 Mo (5 000 F) ! C'était complètement surdimentionné pour un micro-serveur Monovoie, mais je voulais enfin ressentir l'ivresse de ne plus avoir que mon imagination comme limite ! Et effectivement jamais depuis je n'ai vécu en programmation de moment comme la période qui a suivi.

b) 1989: la version Atari ST

Je fis donc le saut, reprogrammant entièrement Pinky sur Atari ST en GFA Basic pendant que Pinky version Téléstrat fonctionnait à côté. Heureusement, je n'eus pas à m'occuper des deux versions en même temps car il ne restait plus de gros bugs sur la version Téléstrat (ci-contre, deux copies d'écran de Pinky Atari ST, version GFA Basic)

En repartant de zéro, de nombreux concepts étaient plus faciles à programmer, ce qui me permettait de me focaliser sur des choses plus complexes et nettement plus amusantes. Je créais par exemple un buffer d'évènements, un concept bête mais auquel je n'avais pas pensé sous Téléstrat, et qui me permettait toutes sortes de libertés à commencer par la possibilité de faire des macro-commandes et aussi d'attribuer à peu près n'importe quelle fonction à n'importe quelle combinaison de touche, ce qui s'avèrerait très intéressant ultérieurement pour l'éditeur de messages.

L'éditeur de messages était le gros morceau. C'était déjà le centre du serveur dans la version Téléstrat, mais là je voulais faire quelque chose de nettement plus gros, quelque chose de vraiment un cran au dessus de tout ce que j'avais vu ailleurs. Le Minitel 1b avait des fonctions d'édition de texte sommaires intégrées, permettant l'insertion de caractères ou de lignes que personne n'utilisait à l'époque (à ma connaissance personne ne les a non plus utilisé depuis, même si ca fait un peu mégalo de le préciser). Je décidais de baser là-dessus la structure de mon éditeur qui serait "pleine page", sans largeur, ni hauteur, ni nombre de pages spécifique (bien que fonctionnant en interne comme un éditeur en "mode ligne" comme le Minitel).

Petite parenthèse scolaire: j'en profitais pour choisir Pinky, et en particulier le couple messagerie + éditeur de messages, comme projet pour mon diplôme de BTS informatique (cliquez sur l'icône ci-contre pour télécharger une partie du texte du projet, format PDF, 320 Ko). Plusieurs de mes profs avaient peu de considération pour ce choix, car non lié à un stage en entreprise, mais ayant moi-même assez peu de considération sur leur capacité à connaître et enseigner autre chose que des technologies et langages dépassés, nos avis avaient le mérite d'être réciproques. En effet, habitué à cette merveille d'interface et d'intelligence qu'est le Macintosh, j'apprenais à programmer en Cobol sur un éditeur "ligne" dans des salles bourrées de terminaux reliés au serveur de l'école, sorte d'armoire à glace qui avait moins de mémoire que l'Atari 1040 ST que j'avais chez moi. De plus, l'évocation dans nos cours, par exemple, d'encodeuses à carte performées comme périphériques de saisie me faisait bouillir, et une guerre de tranchées commenca avec mon prof de technologie lorsque, pour contrer l'effet de ce lavage de cerveau, j'interrompis son cours - le plus poliment possible - pour parler du monde réel... Quelque part, je comprenais un peu mieux ce que devait ressentir Galillée :-) Aussi je fus ravi de lui notifier mon 18/20 pour mon projet de BTS, et le 19/20 de mon copain Christ qui - sacrilège - avait présenté un jeu, Turbo GT, déjà commercialisé sur Atari ST ! Je garde un sentiment de perte de temps de ces études d'informatique... Fin de la parenthèse.

Le Macintosh faisant petit à petit son apparition chez moi grâce à de merveilleux émulateurs sur Atari (Aladin puis Spectre) j'allais jusqu'à implémenter sur Minitel des fonctions de type traitement de texte telles que l'alignement à gauche et à droite, le centrage et la justification, ou l'insertion et la suppression, tout cela concernant une zone variable (mot, ligne, page, texte). Je poussais l'extrémisme jusqu'à la fameuse frappe au kilomètre avec justification et césure automatique dont l'achèvement, comme le calcul du coût de la communication en fonction de l'heure et de la distance, fut perpétuellement repoussé aux calendes grecques et ne fit en fait jamais son apparition sur le serveur, par manque de temps.

J'implémentais par contre des macro-commandes qui pouvaient simuler n'importe quelle séquence de touche tapée par l'utilisateur, y compris des touches de fonctions et l'appel d'autres macros (ce qui m'obligeait à tester les macros qui bouclent...). Deux macros à exécution automatiques se déclenchaient en début de connexion, l'une en cas de message reçus, l'autre si aucun message n'était reçu, permettant entre autres de lire immédiatement son courrier si on en avait reçu.

Je passe sur beaucoup d'autres fonctions de l'éditeur (téléchargement de code, copier/coller de messages pour la version Téléstrat) et du reste du serveur car il y aurait une bonne cinquantaine de kilo octets de texte à écrire là-dessus. Cliquez sur les copies d'écran du source en Gfa Basic ci-contre pour les voir en plus grand (note à propos des copies d'écrans: les procédures et les fonctions sont repliées sur elles-mêmes et n'occupent qu'une seule ligne à l'écran, ce qui était un gros avantage car mon source de plus de 17000 lignes pouvait tenir sur cinq écrans environ).

Finalement, en juin 1989, je basculait Pinky de la version Téléstrat vers la version Atari ST. J'avais en effet trouvé un acheteur pour mon Téléstrat, ce qui m'aidait à acheter un deuxième Atari ST avec un disque dur. J'avais ainsi une configuration idéale: une machine de développement et une machine d'exploitation, me permettant de poursuivre le développement sans interrompre le serveur. Je n'ai hélas pas de photo de Pinky du temps de la version Atari ST, mais j'ai - ci contre - un message assez marrant que PHILBBS avait envoyé dans le forum général de Pinky à la suite d'une visite dans le local du serveur (en prime, une numérisation de lui faite sous Atari ST, figé dans un sourire forcé).

Petite anecdote concernant le matériel: lorsque j'ai arrêté la version Téléstrat, les disquettes 3 pouces qui se trouvaient dans les lecteurs de disquettes étaient si usées que je pouvais localiser à leur surface les pistes correspondant au directory et aux fichiers fréquemment utilisés ! Il faut dire que ces disquettes avaient fonctionné 24h/24 durant au moins deux ans, et - chose étonnante - sans montrer le moindre signe de faiblesse. Aujourd'hui il m'arrive qu'une disquette neuve 3 pouces et demi de 1,44 Mo ne puisse être formatée dès sortie de sa boîte, et il est fréquent qu'une disquette soit inutilisable au bout d'une dizaine d'insertion dans des lecteurs de disquettes de PC ou Macs différents. A l'époque du Téléstrat et même de l'Atari ST, jeter une disquette était un évènement extrêmement rare et d'autant plus marquant qu'une disquette 3 pouces coûtait dans les 40 francs en 1986 !

A tous ceux qui pensent que ne pas éteindre un ordinateur nuit à sa durée de vie, je répondrais que mon Téléstrat est resté en marche durant une trois ans dont deux ans 24h/24 et qu'il ne m'a créé aucun souci (même chose pour l'Atari ST, j'en reparlerai plus loin dans le chapitre concernant la fermeture de Pinky).

La programmation de Pinky étant devenu assez complexe, les bugs se mélangeaient aux possibilités que je n'avais pas imaginé. Heureusement, bon nombre d'utilisateurs m'aidaient à corriger tout ça. Il s'appelaient GOLFFIES, PHILBBS, AVENGER, CHRIST, TEL, GLOF, ELLIS, CANAL, je ne les cite pas tous ! Tantôt ils plantaient le serveur et m'expliquaient quelles manipulations en étaient à l'origine, tantôt ils m'expliquaient comment il avait réussi à détourner telle ou telle fonction de son utilité première. Mais deux utilisateurs sortaient vraiment du lot:

- Hex d'abord, qui avait poussé le professionnalisme jusqu'à installer sur son propre Atari ST une copie de Pinky afin de m'aider à en exterminer les bugs ! Il avait aussi programmé une routine assembleur 68000 pour accélérer la recherche en texte intégral au sein des archives des forums de Pinky. Cette recherche effectuait automatiquement des approximations afin d'augmenter le nombre d'occurrences trouvées (interpréter les minuscules comme des majuscules, et les caractères accentués comme leur équivalent non accentué en majuscule). Hex (photo ci-contre) a changé ultérieurement sur Pinky son pseudonyme en E.m.n.

- Am29000 ensuite, qui n'avait pas son pareil pour trouver des utilisations détournées de Pinky. Il m'a souvent décrit pourquoi j'avais tel bug et comment je devais modifier mon source ...sans l'avoir lu ! Je me souviens aussi qu'il avait trouvé un moyen acrobatique pour passer par dessus la demande du mot de passe en début de connexion: après avoir tapé le pseudonyme d'un compte existant, il demandait la déconnexion alors qu'il se trouvait dans le champ de saisie du mot de passe, et durant l'affichage de la page de déconnexion "A bientôt sur Pinky" il demandait l'interruption de la déconnexion et se retrouvait Sommaire du serveur. Seulement cette possibilité d'interruption de la déconnexion n'était autorisée qu'une fois le mot de passe saisi (je n'étais quand même pas fou !). Mais dans le cas où l'on s'était connecté correctement et ou l'on effectuait une re-connexion (qui simulait une sortie puis une entrée sur le serveur sans avoir à rompre la communication) la possibilité d'interruption était maintenue par erreur de ma part (juste une variable non réinitialisée). Quelque part, croyez-moi, ce gars-là était dangereux ! 8-)

c) 1990: le service militaire

L'approche de mon départ de douze mois pour l'armée m'obligea a prendre des mesures particulières pour que Pinky tienne le coup en mon absence.

Dès le début j'avais programmé Pinky pour qu'il se gère d'une manière vraiment autonome par rapport à la version Téléstrat: qu'il efface automatiquement les boîtes aux lettres inutilisées voire les messages les plus anciens en cas de saturation de l'espace disque, et qu'il génère une "trace" des utilisations du serveur, me permettant d'isoler rapidement l'origine des plantages (ironie du sort, ce fichier de trace aura lui-même été à l'origine de plusieurs blocages car il était si détaillé que plusieurs fois il avait crû - du verbe croître - jusqu'à emplir le disque dur, paralysant ainsi Pinky). En définitive, les mesures prises avant mon départ à l'armée portaient plus sur la correction de bugs que sur la programmation de nouvelles fonctions assurant l'autonomie du serveur.

Durant mon service militaire, ma présence auprès de Pinky ne fut évidemment qu'épisodique, ce qui ralentit nettement ma programmation, un peu moins l'animation, mais heureusement pas la maintenance.

En effet, je continuais en effet à veiller à son bon fonctionnement, appelant pratiquement chaque jour le serveur pour vérifier au moins qu'il décrochait bien quand je l'appelais. Je me souviens ainsi, depuis une cabine téléphonique de la caserne d'Hourtin, avoir guidé ma mère par téléphone afin qu'elle relance l'Atari ST... C'était amusant de penser à Pinky en faisant mes classes: les activités militaires laissent très largement la place à la réflexion (je crois que c'est Einstein qui disait que pour marcher au pas le cerveau ne sert à rien, la moëlle épinière suffit).

Deux mois plus tard, j'étais affecté pour dix mois près de Brest à la surveillance du trafic maritime dans la manche. Je travaillais devant une console semblable à celle qu'utilisent les "aiguilleurs du ciel", dotée d'un écran radar informatisé à affichage vectoriel accompagné un d'un Track Ball" (ca me rappelait le jeu d'arcade Centipede) et nous devions faire des rapports des bateaux identifiées à l'aide ...d'un Minitel ! Alors, évidemment, j'exploitais mes temps morts durant mes quarts de nuit en poursuivant l'animation de Pinky.

d) 1991: le monde professionnel

A mon retour du service Militaire la fréquentation avait beaucoup chuté. L'absence d'évolution du côté de la programmation me faisait perdre un public de puristes (ceux qui venaient parceque "sur Pinky un dingue programmait un traitement de texte pour Minitel"). Le ralentissement de l'animation faisait boule de neige: les concours Cinéma ne remportaient plus autant de succès qu'avant, ce qui démotivait les utilisateurs à en créer, amplifiant à son tour le désintérêt pour ces concours. De plus, beaucoup d'utilisateurs se tournaient vers des serveurs multivoies sous Télétel, qui malgré un prix légèrement plus élevé apportaient évidemment plus de possibilités (plus d'animation, dialogues en direct, beaucoup plus de téléchargement que sur Pinky, plus de boîtes aux lettres).

Moi-même, je ne consacrais plus beaucoup de temps à Pinky, ayant trouvé une compagne (YURI). Je faisais aussi quelques petits boulots de temps en temps. Enfin, je voulais donner une direction professionnelle à Pinky, afin qu'il me fasse gagner un peu d'argent et qu'il serve de vitrine à mes capacités de programmeur, et je passais de plus en plus de temps dans cette direction peu intéressante pour les utilisateurs.

Lorsqu'en 1989 j'avais décidé de reprogrammer entièrement Pinky sous Atari ST, je m'étais rendu compte que la précédente version (sous Téléstrat) était très redondante et que j'avais dépensé beaucoup d'efforts pour faire un serveur qui était complètement figé sur le plan de la programmation. Moi seul pouvait le faire évoluer. Evidemment, étant donné les capacités du Télestrat et mes désirs extrémistes je n'avais pas vraiment d'autres alternatives. Aussi, lorsque je reprogrammais Pinky sur Atari je décidais de créer un logiciel permettant de gérer un service télématique monovoie, quel qu'il soit, et de m'en servir pour créer Pinky. Ce logiciel s'appellerait MONOSERV (cliquez sur l'image ci-contre pour télécharger l'ébauche du manuel au format PDF, 69 Ko).

Ainsi, alors que sur le Téléstrat chaque page de l'arborescence me demandait de rajouter des lignes de programmation (pour afficher la page vidéotex, gérer la saisie de la réponse de l'utilisateur et faire ensuite quelque chose, comme aller sur une autre page), sur l'Atari ST je programmais une fois pour toute des routines génériques (une routine d'affichage de pages vidéotex, une routine de saisie, et une routine de gestion d'aborescence, arborescence qui était conçue tout simplement avec un traitement de texte et interprétée lors du lancement du serveur). Cela rendait Pinky version Atari ST très modulaire. Ce qui sur Téléstrat était une activité montrant mes possibilités de programmation devenait avec l'Atari ST un produit virtuellement commercialisable.

Rendre Pinky commercialisable soulevait cependant plusieurs problèmes pas très motivants à mes yeux:

-

le principal problème était que j'avais conçu le serveur Monoserv en même temps que Pinky. C'est un peu comme le problème de la poule et de l'oeuf; qui est venu en premier ? L'ensemble Monoserv-Pinky fonctionnait parfaitement mais aucun outil ne permettait de créer Pinky à partir de rien puisque précisément cet état n'avait jamais existé. J'ai donc du ajouter pas mal de code à Monoserv pour qu'il crée spontanément un embryon de serveur dans le cas où il ne trouvait rien autour de lui. L'idée était: on place le programme quelque part, et quand on le lance il crée spontanément un squelette d'environnement autour de lui, dans lequel les fichiers sont vides.

-

le second problème était de créer la documentation de Monoserv. Si sur Pinky j'avais passé beaucoup de temps à créer des documentations en ligne afin de me décharger immédiatement d'un travail d'assistance par le biais des boîtes aux lettres, la rédaction de documentation pour Monoserv était nettement moins motivante. J'allais m'adresser à des clients hypothétiques dont j'ignorais le niveau de connaissance informatique et qui devraient effectuer des manipulations nettement plus complexes que d'utiliser un Minitel.

-

enfin, le problème qui me gênais le plus était la recherche d'un éditeur, avec l'impression qu'aucun ne serait interessé compte tenu du marché restreint pour un serveur monovoie et du piratage qui règne chez les utilisateurs potentiels d'un tel logiciel. Et puis je craignais de me retrouver empoisonné durant des années à assurer tant bien que mal un support technique pour un gain financier ridicule (gagner plus de 10 000 francs me semblait présomptueux).

Je recevais régulièrement des messages d'utilisateurs interessés par Monoserv, ce qui me motivait pour le rendre commercialisable. MIC DAX, un journaliste fréquentant beaucoup de micro-serveurs, écrivit une colonne élogieuse dans ST Magazine à propos de Monoserv à la fin d'un dossier sur les micro-serveurs pour Atari ST. J'ai alors reçu nettement plus de courrier, peut-être vingt à la suite de la parution contre deux par mois habituellement. Mais je n'étais pas prêt et j'étais désolé de renvoyer ces clients potentiels aux calendes grecques...

Et puis, et puis... on m'a proposé un boulot bien payé, où j'étais assuré de gagner en un mois ce que je n'espérais même pas gagner en plusieurs mois de galère avec Monoserv (sans compter l'équivalent de 6 mois de programmation à temps complet que j'avais déjà consacré à Monoserv). J'ai quand même consciencieusement poursuivi le développement le soir en rentrant du boulot durant quelques mois, pensant à l'article de ST Magazine et à ceux qui seraient probablement déçus si Monoserv n'était pas diffusé. Mais l'été 1991 a été fatal à Monoserv et je n'ai pas eu le courage de poursuivre ce double travail. Je conserve une certaine amertume de cette époque.

e) 1992: fermeture de Pinky

Après ce qu'il faut bien appeler l'arrêt de ma tentative de commercialisation de Monoserv, Pinky a fonctionné encore un an, jusqu'en juin 1992, date à laquelle j'ai décidé de le fermer compte tenu du faible nombre de connexions et de l'absence de discussions dans les conférences. Je trouvais plus gênant de laisser Pinky fonctionner dans un tel état de désertification que de l'éteindre. C'était un peu comme s'il était en phase de coma dépassé... Alors j'ai éteint religieusement l'Atari ST :-)

L'Atari ST a fonctionné durant trois années 24h/24 sans problème particulier. Les seules interruptions ont été dues à des phénomènes extérieurs: un plantage de l'Atari ST à la suite d'un gros orage, et de nombreuses coupures électriques dûes tantôt à l'EDF tantôt au disjoncteur électrique de l'appartement (qui ne tolérait pas le fonctionnement simultané du micro-ondes, du chauffe-eau et de la machine à laver). Comme je l'écrivais précédemment au sujet du Téléstrat, le bon fonctionnement de l'Atari ST sur une aussi longue période a confirmé mon impression qu'éteindre son ordinateur pour en limiter le vieillissement est infondé. Plusieurs services techniques m'ont conforté dans ma position, insistant sur le fait que la mise en route d'un circuit provoque un choc électrique néfaste aux composants et qu'il est préférable de le laisser en fonctionnement du moment qu'il n'est pas exposé à des températures trop élevées.

Côté logiciel Monoserv n'était hélas pas aussi fiable que le matériel mais, si au début de la version Atari ST j'avais en moyenne un blocage par semaine, je pense que dès mon départ pour le service militaire je devais descendre au dessous d'un blocage par mois malgré l'ajout régulier de nouvelles fonctionnalités.

. .

Petite anecdote: quelques années après la fermeture de Pinky, alors que j'avais ponctuellement relancé le serveur pour une petite heure sur ma ligne téléphonique, j'ai cru sombrer dans le paranormal en constatant dans mon journal de bord qu'il y avait eu une connexion durant cette petite période d'activité ! J'avais pourtant déménagé depuis et le numéro de téléphone avait changé. En fait il s'agissait de Golffies, un de mes amis, qui voulant de me contacter et entendant une porteuse de modem avait eu le réflexe de brancher son Minitel et s'était souvenu du mot de passe de sa boîte aux lettres !

f) 2000: mon regard actuel sur Pinky

En additionnant le temps de développement, la conception des pages écrans, la rédaction des documentations en ligne, Pinky m'aura demandé un peu moins d'une année de travail à temps complet, réparti sur 6 ans durant mes vacances scolaires et surtout après mes cours. Aujourd'hui je pourrai difficilement consacrer une aussi grande partie de mon temps libre à un projet de ce genre (ne serait-ce que parceque j'ai nettement moins de temps libre que durant mes études). Ces moments de développement furent passionnants. Lorsque je relis mes lignes de code, j'entend les échos du concert au Palais des sports de Michel Jonasz, des deux premiers albums de Dire Straits, de Sade, de "Dark side of the Moon" et "Wish you were here" des Pink Floyd. Je retrouve aussi le gout des galettes hollandaises au caramel et des noyaux de pêches que je sucais durant des heures pour en extraire les dernières fibres incrustées (c'est comme la noix de coco, on peut mâcher à l'infini !).

Aujourd'hui, quand je regarde la façon dont fonctionnait Pinky, je suis partagé entre un sentiment d'archaïsme et de modernité:

-

par exemple, on ne pouvait consulter directement que les 20 derniers messages des forums, et pour lire les plus anciens il fallait passer par une archive dotée d'un moteur de recherche multi-critères. Aujourd'hui sur Internet on lit des conférences dont le nombre de messages semble sans limite avec des outils qui permettent de suivre le fil de telle ou telle discussion, voire d'ignorer des participants indésirables. Mais à l'époque les forums des serveurs vidéotex ne contenaient souvent que 10 messages sans consultation des plus anciens puisqu'ils étaient effacés.

-

autre exemple, sur Pinky les messages étaient limités à 32 pages qui pouvaient chacune contenir du texte, une image vidéotex ou 3 Ko de code brut. Aujourd'hui les messages n'ont pas vraiment de longueur maximale, peuvent contenir des images, du son, de la vidéo voire n'importe quels fichiers de plusieurs Mo, tout cela sans s'angoisser à propos d'un protocole de transmission. Mais à l'époque les messages ne faisaient généralement qu'une seule page sur les autres serveurs et il n'était pas possible d'y insérer quoi que ce soit hormis du texte.

Les limitations que j'évoque n'étaient pas liées à Pinky mais plutôt à l'époque. D'abord je respectais un usage établi: par exemple on se connectait sous un pseudonyme car tous les serveurs faisaient cela à l'époque, ce qui rendait les connexions anonymes, alors qu'aujourd'hui sur Internet on est généralement identifié par son nom. Ensuite les moyens de transmissions, les capacités de stockage et les vitesses de traitement de l'époque étaient environ 50 fois plus faibles qu'aujourd'hui, ce qui ne permettait pas de faire ce qui nous semble actuellement évident.

Mais la puissance n'est pas tout.

D'autres limitations, en ce qui me concerne, étaient aussi dûes à un manque d'imagination. En effet, je me suis contenté avec Pinky d'élargir des concepts que j'avais rencontré sur d'autres serveurs vidéotex et d'y ajouter quelques innovations ponctuelles. Ainsi ma référence en terme d'interface était l'annuaire électronique de France Telecom, le concept du micro-serveur monovoie et des forums venait du serveur Ellis, et le panneau d'affichage et les bases de mon éditeur de messages venaient d'ID-TEL. Bref, je me suis borné à améliorer tous ces concepts qui me plaisaient et à greffer mes idées dessus. Ce qui me choque dans cette méthode de travail c'est qu'elle implique que si j'avais eu à ma portée des sources plus évoluées j'aurai très probablement créé un serveur lui-même plus évolué. Quelle leçon d'humilité...

Si à l'époque j'avais disposé de ma culture informatique actuelle, il est probable qu'avec les mêmes outils je développerai un serveur mieux structuré, plus ouvert. J'aurai été aussi plus motivé pour convaincre d'autres micro-serveurs de l'utilité d'établir des passerelles entre nos forums respectifs, afin de créer un réseau similaire aux newsgroups actuels (la passerelle du forum Mac entre Pinky et Ellis n'a jamais été opérationnelle). J'aurai probablement ensuite cherché à étendre le système des passerelles forums aux courriers, comme sur Internet. Ces techniques existaient déjà à l'époque mais je ne les connaissais pas. Ces développements auraient impliqué de surmonter cependant quatre gros problèmes:

-

d'abord la diversité des ordinateurs et des langages de programmation qui hébergeaient les micro-serveurs, interdisant tout transfert de programmation d'un serveur à un autre;

-

ensuite l'écueil que représentait le transfert de données en 7 bits du Minitel, rendant caduc les protocoles d'échanges de données standard;

-

ensuite l'individualisme qui caractérisait les développeurs de micro-serveurs, peu enclins à se mettre d'accord avec d'autres développeurs pour bâtir des projets communs;

-

enfin, et c'est peut-être le plus ennuyeux, il y avait le problème du coût des communications résultant de l'échange des données d'un serveur à l'autre.

Enfin, si je devais diffuser Monoserv aujourd'hui, j'exploiterai Internet ! Je diffuserai Monoserv en tant que Shareware avec une documentation électronique, le tout en téléchargement depuis ma page Web. A l'époque évidemment, les coûts prohibitifs des modems et l'absence de structures de redistribution financières comme www.kagi.com faisaient que toute vente passait par le système lourd et financièrement risqué de la duplication de disquettes, l'impression de manuels, l'emballage, le passage par un réseau de distribution avec publicité dans des magazines, tout cela ne se rentabilisant qu'avec la diffusion d'un grand nombre d'exemplaires. C'est fou comme les choses ont changé ces 8 dernières années avec Internet !

Il y a une autre chose qui a changé en 8 ans: je fais moins de fautes d'orthographe ! :-) Je tiens à remercier Yuri pour m'avoir régulièrement torturé avec la grammaire. Christ m'a aussi appris à ne plus taper dixaine au lieu de dizaine, ce qui était un sacré tour de force. J'ai toujours été effaré par les fautes d'orthographe qu'on fait en tapant et qu'on ne fait pas en écrivant avec un stylo. A part ça, j'écris toujours bisoux avec un x, mais ça c'est fait exprès :-)



3) Comment Pinky fut connu de ses utilisateurs

Durant ses six années de fonctionnement Pinky a enregistré 32 000 appels dûs à environ 2 500 personnes différentes (estimation personnelle) et environ 4 000 boîtes aux lettres ont été créées (dont probablement une petite portion en double). Ces personnes ont connu Pinky essentiellement par le bouche à oreille, puis plus tard par la presse.

Les premiers utilisateurs de Pinky furent mes amis, qui connaissaient depuis longtemps ma passion pour la télématique et mon désir de créer un micro-serveur. Ce furent aussi mes camarades de classe: je me souviens ainsi d'avoir dessiné durant un cours d'histoire/Géographie le logo "Pinky" manuscrit qui orne la page d'accueil avec un crayon noir sur une grille Télétel que j'avais photocopié religieusement, tout cela à quelques semaines du Bac, ce qui avait dû en intriguer plus d'un... L'informatique me passionnait vraiment et heureusement ne m'a pas fait rater mon Bac !

Quelques mois plus tard, en janvier 1987, lorsque j'eus reprogrammé Pinky en Hyper-Basic, je mentionnai son existence dans des forums d'autres micro-serveurs parisiens, en précisant son téléphone et quelles informations on y trouvait. Pinky a alors petit à petit figuré systématiquement dans les listes de serveurs télématiques parisiens et les utilisateurs de Pinky m'étaient alors inconnus.

Puis le numéro de téléphone de Pinky paru dans la presse informatique. Je l'appris par hasard et ce fut l'objet d'une inquitétude: un jour, alors que je consultais machinalement la liste des appels, je fus surpris de voir que tous les appels dataient du jour même. Pinky recevait en moyenne 20 appels par jour et j'avais construit une liste mémorisant les 80 derniers appels afin d'avoir une idée de la fréquentation des quatre derniers jours. Là, les 80 derniers appels avaient été passés au cours des dernières heures et ne mentionnait même pas les appels de la matinée !! Lorsque j'ai compris que mon programme n'était pas en cause j'ai pensé que quelqu'un cherchait à pirater Pinky. Finalement, en téléphonant à Bruno du serveur ELLIS (qui fonctionnait à l'époque lui aussi sur Minitel) pour lui faire part de cette expérience étrange j'appris qu'ELLIS avait enregistré lui aussi un pic d'appels et qu'il était dû à la mention de nos serveurs dans un numéro hors série de Science & Vie Micro ! J'ai foncé immédiatement chez mon libraire pour en acheter un exemplaire. Je n'en croyais pas mes yeux: Pinky était effectivement mentionné accompagné de quelques autres micro-serveurs en bas d'une page ! Par la suite, je savais que chaque pic dans la fréquentation du serveur correspondait à la mention de Pinky dans la presse. Cliquez sur le panneau de revues ci-contre pour télécharger une revue de presse au format PDF (6 Mo).


D'autres personnes ont obtenu les coordonnées de Pinky par des moyens plus détournés: des messages publicitaires sur disquette ! Comme j'échangeais fréquemment des disquettes de dessins et de photos numérisées faits sur Atari ST, j'avais pris l'habitude d'y glisser plusieurs dessins publicitaires pour Pinky. Ce sont ces dessins que vous voyez ci-dessous: sur un écran je reprenais le logo de la page d'accueil affiché sur un Minitel 1B, sur un autre écran une couverture de Gaston Lagaffe, et sur un troisième je brodais un texte manuscrit autour du logo du film Ghostbusters. Par la suite, tous mes dessins ont systématiquement mentionné le numéro de téléphone de Pinky, comme un peu plus bas une paire de Creeks à palmier que j'avais dessiné avant de la jeter (car trouée de tous les côtés). Tous ces dessins ont été fait manuellement avec une souris sous Degas Elite sur Atari ST, sans scanner. L'efficacité de ce type de publicité n'était pas bien grande, mais c'était un grand plaisir que d'apprendre qu'un visiteur avait connu Pinky par ces écrans (si c'est votre cas
envoyez-moi un petit mot !)

. . .

Note au sujet de l'image Ghostbuster: les puristes auront noté la mauvaise visibilité du texte dans la bulle. A l'origine, l'image était conçue sur Atari ST en mode moyenne résolution 640x200 pixels, un mode dans lequel les pixels sont rectangulaires. J'ai donc dû compresser horizontalement l'image pour lui donner un aspect normal, d'où l'aspect étrange du texte.

Autre écran publicitaire, cette fois sous forme de programme: "SuperSynthé". Il s'agissait d'une image de 960 x 400 pixels représentant mon synthé. Cela ne présente guère d'intérêt aujourd'hui, encore que beaucoup de gens n'ont pas d'écran assez large pour afficher cette image d'un coup. Mais pour l'époque c'était étonnant ! Une telle image était gigantesque pour un simple Atari ST qui ne gérait qu'un écran 320 x 200 pixels... On pouvait déplacer cette image avec la souris pour la faire défiler sur le téléviseur. Cliquez sur l'image pour la voir en grand. Ce programme avait été conçu avec Christophe Andréani (CHRIST).


D'autres personnes ont connu Pinky par des moyens encore plus acrobatiques, que les américains appellent les "Eastern eggs", ou oeufs de Pâques en français. Ce sont des petits messages, des clins d'oeil, glissés dans des programmes. Un ami, Christophe Andréani (CHRIST), avait ainsi mentionné le numéro de téléphone Pinky dans son jeu Turbo GT, adaptation pour Atari ST du jeu d'arcade Super Sprint. Turbo GT fut le premier jeu français commercialisé sur Atari ST. Le numéro de téléphone figurait sur le toit du bâtiment central (voir copie d'écran ci-dessous à gauche). Un autre oeuf de Pâques circulait aussi dans un autre jeu, toujours grâce à Christophe Andréani: Bubble Ghost sur Atari ST (voir copie d'écran ci-dessous à droite, format Gif animé). Le nom et le numéro de téléphone de Pinky apparaît dans un téléviseur sur la gauche de l'écran. Il ne fut hélas pas conservé lors du portage de Bubble Ghost sur Amiga et plus récemment sur Game boy.

.



4) Le serveur au quotidien, côté "Sysop"

(Sysop est la contraction du terme anglais "System Operator", équivalent actuel du "Web Master" que l'on peut traduire par "administrateur système")

a) Les écrans système

Je disposais de deux moyens de contrôle du serveur: un contrôle différé sur l'écran de l'ordinateur (comptages et statistiques sur l'utilisation passée du serveur), et un contrôle en temps réel sur l'écran du Minitel (où je voyais l'écran de l'utilisateur et ce qu'il était en train de taper). Cette seconde méthode temps réel était très simple (modification des aiguillages internes du Minitel du serveur) et elle me permettait de prendre le contrôle des connexions à tout moment.

Ultérieurement, afin de connaître l'état du serveur durant mon année de service Militaire, je programmais l'accès distant par Minitel au contrôle différé. En voici un aperçu :

. . . . .

Notes:

-

Les Pinkyphiles sont les 20 utilisateurs les plus assidus durant le mois en cours.

-

"Fréquentation du serveur": un taux de 100% sur une tranche horaire signifie que la ligne téléphonique était constamment occupée durant cette tranche horaire (Pinky ne disposait que d'une seule ligne téléphonique). La coloration des barres verticales changeait dès que la fréquentation dépassait 75%.

-

Liste des appels: la deuxième heure correspond à la durée de connexion.

-

Dernier écran, "taux d'utilisation du serveur": chaque utilisateur passant par une page écran incrémentait un compteur d'utilisation d'où sont tirés les pourcentages, calculés par rapport au nombre d'utilisateurs ayant réussi à s'identifier. On a donc 100% pour la page Identification, 120% pour la page d'accueil (car certaines personnes se déconnectaient sans avoir pu saisir correctement leur mot de passe), 288% dans le sommaire (car les utilisateurs passaient plusieurs fois par la page Sommaire au cours d'une connexion). La luminosité des lignes allait en s'assombrissant quand on s'éloignant de la racine de l'arborescence (en gros le sommaire)

J'avais aussi un troisième moyen de contrôle de Pinky, mais pas très fiable... Depuis ma propre ligne téléphonique je pouvais entendre légèrement le son qui circulait sur la ligne téléphonique de Pinky ! Le serveur était basé un étage plus haut dans mon immeuble mais les câbles téléphoniques devaient se suivre sur une bonne distance, ce qui engendrait ces parasites. Du coup, il me suffisait de décrocher mon téléphone pour savoir si Pinky était occupé ou non. Mieux: en écoutant la porteuse je pouvais en gros savoir ce que faisait l'utilisateur: consulter des pages écrans, jouer à Speedy, ou taper un message ! Et selon la vitesse de frappe je pouvais parfois deviner qui était là, parmi une poignée de dingues du clavier comme par exemple PhilBBS !


b) Le Dialogue Sysop

Lorsque j'allais dans le local de Pinky pour arrêter le serveur (par exemple pour installer une nouvelle version du serveur), il était fréquent qu'un utilisateur soit connecté. J'attendais généralement qu'il termine sa connexion, et je l'observais souvent manipuler le serveur afin de déceler des bugs que je n'aurais pas décelé par mes propres manipulations.
Il m'arrivait alors de dialoguer en direct, par clavier interposé, avec un utilisateur connecté sur le serveur. Bien que l'initiative soit à l'utilisateur, il m'est arrivé d'établir spontanément un dialogue lorsqu'il rencontrait des difficultés (ici, c'était avec ma copine Yuri !).
Le fonctionnement du dialogue Sysop était simple: un écran particulier de l'arborescence permettait à l'utilisateur du serveur de m'appeler. Un signal sonore était généré dans le local du serveur mais, ayant transféré Pinky dans ce local quelques mois après son ouverture pour pouvoir dormir tranquillement, il était hélas rare que je puisse l'entendre. Je crois cependant avoir répondu à toutes les demandes de dialogue que j'ai percues.Une fois le contact établi, nous correspondions dans l'éditeur de message du serveur. ce dialogue en direct n'était pas programmé comme ceux qu'on trouvait à l'époque sur les autres serveurs, où l'écran est divisé en deux zones, une pour l'utilisateur et une pour le Sysop. C'était un système rudimentaire, mais des plus économiques: j'exploitait le fait qu'implicitement nous pouvions manipuler le serveur à deux en même temps, ce qui me permettait aussi de faire des démonstrations à distance, tout cela sans la moindre ligne de programmation supplémentaire. Comme, à vue de nez, je devais avoir en moyenne deux dialogues par mois avec des utilisateurs, je préfèrais consacrer mon temps à programmer des choses plus utiles. Inconvénient de ce système: il était fréquent que l'on tape en même temps à l'écran, ce qui n'était pas très joli... 

Une anecdote: j'étais en dialogue avec un utilisateur qui se vantait d'appeler de Los Angeles. Je flairais le gag et demandais des précisions sur l'heure, espérant que mon correspondant se trompe dans les calculs de décalage horaires. Mais le bougre connaissais sa géographie. De plus, bien que mon anglais soit loin d'être parfait, il ne semblait pas faire de fautes d'orthographe. J'étais cependant persuadé qu'il s'agissait d'un de mes amis en train de me faire un gag et redoublais de menaces, lui disant que je l'avais reconnu et que la plaisanterie avait assez duré. Lorsqu'il m'a proposé de passer en vocal en arrêtant le serveur, je l'ai pris au mot. Mais quand j'entendis une toute petite voix partiellement noyé dans un fort bruit de fond, je me suis senti particulièrement stupide ! Ce type appelait vraiment de Los Angeles ! Il s'appelait Vianney et nous avons discuté ensemble quelques minutes. Il utilisait une ligne téléphonique de sa boîte pour faire le tour des serveurs télématiques de France et d'Angleterre, ne manquait pas d'éloges pour Pinky et m'expliqua ses problèmes pour manipuler les serveurs Videotex et Prestel (le videotex anglais), dûs aux bugs de son émulateur de terminal. Quelques semaines plus tard, le 16/07/87, Vianney refit une connexion sur Pinky et ajouta une courte contribution dans un des forums que je viens d'ailleurs extraite des archives: "Hello everybody. I'm calling Pinky from the States. It's a very nice and quite a good program. Just keep on God you're the best". Ah ces américains, toujours en train d'exagérer ! :-)



5) Le tour de Pinky

Voici une vue rapide de l'arborescence suivie des touches et des mot-clefs permettant de s'y déplacer.

. .

Note: le premier écran décrit l'arborescence version Téléstrat


b) Les rubriques thématiques

Les rubriques thématiques étaient globalement orientées vers l'informatique ou des thèmes culturels. Elles contenaient un forum, des pages d'information, des programmes en téléchargements, des questionnaires-concours.

Rubrique Atari ST

L'élément principal de chaque rubrique était le forum, équivalent de ce qu'on appelle aujourd'hui conférences ou News Groups. Chacun pouvait y envoyer un message, composé d'une à 32 pages, dont certaines pouvaient contenir des pags vidéotex animées (je reviendrai plus loins en détail sur les possibilités de l'éditeur de message). Les commandes du forum occupent les quatre premiers chois du menu (voir copie-d'écran ci-contre). Puis on trouvait des informations concernant l'actualité de l'Atari (détaillé plus bas) ainsi que des listes de revendeurs. Pour dessiner le cadre entourant les choix de la rubrique, je m'étais inspiré de l'interface GEM de l'Atari (et du Finder du Macintosh), que j'avais péniblement tenté d'adapter avec les pauvres barres verticales et horizontales du Minitel. Pendant que je suis sur les détails de cette page, je tiens à avouer avoir copié le logo Atari sur le serveur Tilt. J'en ai encore honte... :-)

Une liste des 20 derniers messages accompagnait chaque forum (copie d'écran ci-dessous), permettant d'avoir une vision d'ensemble des messages récents, les messages plus anciens étant accessibles à travers une archive. L'ensemble des copies d'écrans ci-dessous ont été prises peu de temps avant le fermeture de Pinky, c'était devenu un vrai désert ! Dans les meilleurs moments la liste des 20 derniers messages était remplie en une journée... Notez la petite flèche du "marque page" en bas à gauche de la liste, qui permettait à chaque utilisateur de reprendre la lecture du forum sur le message où il s'était arrêté lors de la connexion suivante.

Pour consulter des messages antérieurs aux 20 derniers messages affichés, il fallait passer par l'archive multicritères des forums de Pinky (copies d'écran suivantes).

Note: un message pouvant contenir jusqu'à 32 pages, on se déplacait de page en page avec les touches SUITE et RETOUR. On pouvait aussi accéder directement à une page du message en tapant son numéro. Tout cela est assez classique. Mais on pouvait aussi accéder à un message du forum (archive comprise) en tapant son numéro ou se déplacer de x message en x messages par un positionnement relatif "+x" ou -x messages (on voit dans la 4ème copie d'écran "-10" dans le champ de saisie).

J'assurais moi-même l'animation des rubriques: c'était à la fois une récompense du travail effectué et une motivation pour poursuivre le développement. Mais cela me prenait beaucoup de temps. Pour chaque rubrique du serveur (Oric, Téléstrat, Atari, Cinéma...), outre la participation au forum de la rubrique, j'essayais d'y placer régulièrement des informations fraiches et utiles. Aussi, lorsqu'un utilisateur participait énormément à une rubrique, je lui proposait de prendre la responsabilité de l'animer, ce qui me laissait plus de temps pour programmer. C'est ce qui se passa pour la rubrique Atari ST dont HEX assura l'animation avec beaucoup de professionalisme (il changea son pseudonyme ultérieurement en E.m.n.). Il était aussi appuyé ponctuellement par FLIGHT.

Dans les deux copies d'écran ci-dessous, on peut lire un compte rendu de l'actualité des logiciels Atari ST rédigé par HEX. C'était peu de temps avant la fermeture et l'enthousiasme n'y était plus... On trouvait aussi des informations plus généralistes sur l'Atari ST tels qu'une liste de revendeurs parisiens, des journaux dédiés à l'Atari, et des astuces diverses matériel et logiciel.

Durant quelques jours, alors qu'un bug empêchait la mise à jour des nouvelles dans la rubrique Atari ST et que j'étais à l'armée, Hex contourna le problème astucieusement en poursuivant ses articles dans le CV d'une boite STE créée pour l'occasion. Je recopie ci-dessous l'intégralité de ses nouvelles qui aujourd'hui sont à mes yeux assez symboliques d'une époque.


Ponctuellement, FLIGHT s'occupait de la section "Flight simulator" de la rubrique Atari ST (copies d'écran ci-dessous), en donnant de petits cours d'initiation au vol ou des astuces curieuses permettant par exemple de rentrer à travers certains éléments du décor du jeu (maisons, chateau d'eau !), ou ici avec la section rappelant les touches du programme pour ceux qui auraient perdu la documentation... La première copie d'écran avait été capturée sur l'écran de l'Atari ST à l'aide du programme Gastel (programmé par Bruno du serveur Ellis). Elle représente l'icône de l'applidation Flight Simulator 2 sur un Atari ST ! C'était amusant de voir ça sur un écran de Minitel !


Les messages échangés dans le forum Atari ST ont été archivés et sont toujours consultables aujourd'hui: environ 1040 (!) messages, rédigés par Am29000, Atafun, Atardre, Best, Blue monkeys, Canal, Charly3, Christ, Chronos, Cnx, Cobra, Crack boum uh, Cuckatoos, Damien, Diam, Ellis, Etoile, Fabrice, Flicos, Flight, God, Golffies, Gregory, Hex, Jeanmi, Jedi, Jeje, Jejecmoi, Jerrygood, Jess, Kevius, Logbase, Lola, Mercedes, Micho, Mv, Nico, Philbbs, Popo, Seldon, Sfena, Siesteur, Spock, St bug, Stjc 67, Telstar, Toutou, Tricky, Xxx, Zap.

Deux façons de consulter le forum:

1)

Le forum Atari ST sous forme de fichier vidéotex (fichier ".vdt" de 500 Ko). Vous devez posséder un émulateur vidéotex et éventuellement adapter le fichier pour qu'il reconnaisse les fin de pages. Donc c'est la solution des bricoleurs... Consulter autant de messages d'un coup est relativement indigeste, mais vous aurez l'affichage original du Minitel avec ses caractères graphiques, ses attributs vidéotex et surtout la vitesse d'affichage d'origine (si votre émulateur le permet).

2)

L'ensemble des forums de Pinky sous forme de fichiers texte indexés pour EasyView (fichier compressé Stuffit de 1,3 Mo). Environ 6000 messages. Avec cette version au moins on n'est pas perdu au milieu d'une ribambelle d'écrans: chaque message possède un titre et est accessible à travers une liste, ce qui permet de se repérer très rapidement dans l'archive et de retrouver facilement un message après coup (la liste des messages n'est accessible que sur Mac). Mais le format texte rend les messages assez fades. J'ai préservé autant que possible l'aspect des messages: on y retrouve ainsi le format 40 colonnes sur 25 lignes, typique du vidéotex, mais certaines spécificités n'ont pu être converties correctement: modes graphiques "mosaïques" et "DRCS", couleurs, masquage, inversion vidéo, clignotement, soulignement, double hauteur, double largeur, double taille, caractères "baton" et en règle générale tous les affichages "dynamiques". Seuls les fichiers originaux - codés en vidéotex - permettent à travers un émulateur une consultation fidèle des archives des forums de Pinky. Les titres de messages ne sont pas d'origine. Comme les messages sur Pinky n'avaient pas de titre, je les ai ajoutés pour faciliter la lecture. Ils peuvent parfois manquer d'objectivité et laisser filtrer un certain engagement de ma part.
Mode d'emploi: après avoir téléchargé le fichier compressé Stuffit (".sit") décompressez-le (Stuffit expander pour Mac et PC est en téléchargement gratuitement chez
Aladdin). Ensuite, sur Macintosh, ouvrez le fichier "Index des archives de Pinky" (document du navigateur gratuit EasyView) et naviguez au sein des messages et des forums à l'aide des touches fléchées ou de la souris (voir copie d'écran ci-contre). Si vous êtes sur PC vous pouvez lire les forums en les ouvrant avec un traitement de texte, voire un navigateur web (en adaptant la lecture pour qu'il reconnaisse les caractères Macintosh). Dans ce cas vous n'aurez pas l'écran ci-dessus avec la liste des messages. Pour retrouver l'aspect initial des messages, consultez cette archive de préférence avec une fonte de caractères non proportionnelle comme "Monaco" ou "Courrier".

Notes:

-

L'archivage des messages forum n'ayant été mis en place qu'en été 1988, seuls les messages écrits après cette date ont été stockés.

-

Les 20 derniers messages du forum sont absents de la version vidéotex. Seule la version texte indexée pour EasyView contient l'intégralité des message d'un forum.

Rubrique Téléstrat et Oric-1/Atmos

Autre rubrique consacrée à l'informatique, la rubrique Téléstrat et Oric-1/Atmos était probablement la plus vivante du serveur. Elle résultait de la fusion de la rubrique Téléstrat et de la rubrique Oric-1/Atmos (on peut s'en rendre compte à la présence des deux archives séparées dans le menu). Cette fusion fut d'ailleurs très fortement contestée: on ne mélange pas les torchons et les serviettes, même s'ils sont fait avec le même tissu. :-)

TEL s'occupait professionnellement de l'animation, ponctuellement assisté de Damien. Sur la version Téléstrat de Pinky cette rubrique comprenait du téléchargement contenant une majorité de programmes fournis par des utilisateurs, principalement par Damien qui s'était spécialisé dans les petits programmes en assembleur 6502 pour Téléstrat, notamment l'excellent StraTools (qui n'était d'ailleurs pas petit !). Le téléchargement s'effectuait en utilisant le protocole propriétaire du Téléstrat, ce qui était assez pratique car il assurait que tout possesseur de Téléstrat pourrait faire un téléchargement sans aucune difficulté. Sur la copie d'écran présentant la liste des programmes disponibles, le nombre à droite du nom des programmes représente le nombre de secteurs à télécharger.

Le téléchargement remporta beaucoup moins de succès lors du passage de Pinky en version Atari. Ne sachant pas quel protocole implémenter, je ne proposais que des sources transmis sous forme de texte brut. Du coup il fallait ensuite les compiler, ce qui était nettement moins motivant. J'ai appris récemment par Fabrice Broche (le concepteur du Téléstrat) qu'il m'aurait été possible d'émuler sans difficulté sous Atari ST le protocole de transmission du Téléstrat. Dommage que je ne l'ai pas su à l'époque... Pour me faire pardonner, voici à nouveau les programmes Téléstrat à télécharger !

Les copies d'écran ci-dessous présentent un extrait de la section des trucs et astuces Oric-1 et Atmos, et plus précisément la partie consacrée aux bugs du Basic intégré de l'Oric (à droite de l'instruction était précisé le numéro de version de la ROM contenant le bug). On peut être surpris de l'énormité des bugs mais il faut se rappeler que ce logiciel était figé en ROM lors de la construction de la machine et qu'il n'était pas prévu de le changer.


Ci-dessous enfin, un extrait de la liste de programmes Oric-1 et Atmos que j'avais recencé et testé... Il y avait environ 90% de jeux, 5% de logiciels à tendance professionnelle (traitements de textes, gestion de stocks, ébauches de tableurs et de bases de données), 5% d'utilitaires (principalement de copie de logiciels !).

Dans la liste des programmes on peut voir une ligne étrange "Car war (#F42D)"... "Car war" était un splendide canular concu par Christ qui devait nous servir à tester à quelle vitesse un programme piraté pouvait se répandre dans le milieu des utilisateurs de l'Oric. C'était quelque part une sorte de pré-virus, mais ne causant aucun dégat à autrui. Christ avait programmé un scrolling vertical en assembleur et s'en servait pour faire défiler une route verticalement, avec une superbe voiture vue de dessus au milieu de la route, le tout surmonté d'un message laconique demandant d'entrer le mot de passe pour pouvoir lancer ce jeu alléchant. Nous avions rajouté au bout de son petit programme une bonne partie du code du jeu Xenon, ce qui donnait de l'étoffe à l'ensemble. Nous en avons alors donné une copie à chacun de nos amis, l'air faussement attristé de ne pas disposer du code permettant de jouer à ce jeu splendide. Malgré plusieurs années d'intoxication nous n'avons hélas jamais eu vent de "Car war" depuis...
Il faut dire que les copies se diffusaient alors beaucoup plus lentement qu'avec la technologie actuelle. D'abord, sans Internet ni modem, toute copie signifiait échanger physiquement quelque chose avec quelqu'un, donc dépense d'argent pour acheter un support et dépense de temps et d'énergie pour se déplacer et rencontrer quelqu'un. Ensuite, les copies se faisaient à la vitesse du port de communication pour cassettes soit 4,8 Kbit/s: 20 secondes pour lire 100 Ko mais on ne disposait que de 40 Ko de mémoire pour faire la copie...


Les 660 messages environ échangés dans les forums Oric-1/Atmos et Téléstrat ont été archivés et sont toujours consultables aujourd'hui:

-

Forum Oric-1/Atmos: environ 320 messages rédigés par Alem, Atmos93, Bebe, Best, Bus, Christ, Damien, Domi, Ellis, Fabrice, Flicos, Glof, God, Jfw, Kid, Mcp, Megasoft, Moustique, Perverspeper, Sepp, Sncf wf, Steely, Tel, Telstar, Utopia, Willem, Zap

-

Forum Téléstrat: environ 340 messages rédigés par Ala, Alem, Bebe, Best, Cameleon, Canal, Christ, Damien, Dom, Ellis, Elrond, Fabrice, Flicos, Fonzie, Fox, Gagman, Glof, God, Jeje, Jfw, Lacos, Le renegat, Moustique, Neb, Next, Nico, Photon, Sepp, Sncf wf, Tel, Telstar, Tom, Willem, Yyyyyy, Zap, Zejo.

Deux façons de consulter le forum:

1)

Les forums Oric-1/Atmos et Téléstrat sous forme de fichier vidéotex (fichier ".vdt" de 100 Ko et 152 Ko). Vous devez posséder un émulateur vidéotex et éventuellement adapter le fichier pour qu'il reconnaisse les fin de pages. Donc c'est la solution des bricoleurs... Consulter autant de messages d'un coup est relativement indigeste, mais vous aurez l'affichage original du Minitel avec ses caractères graphiques, ses attributs vidéotex et surtout la vitesse d'affichage d'origine (si votre émulateur le permet).

2)

L'ensemble des forums de Pinky sous forme de fichiers texte indexés pour EasyView (fichier compressé Stuffit de 1,3 Mo). Environ 6000 messages. Avec cette version au moins on n'est pas perdu au milieu d'une ribambelle d'écrans: chaque message possède un titre et est accessible à travers une liste, ce qui permet de se repérer très rapidement dans l'archive et de retrouver facilement un message après coup (la liste des messages n'est accessible que sur Mac). Mais le format texte rend les messages assez fades. J'ai préservé autant que possible l'aspect des messages: on y retrouve ainsi le format 40 colonnes sur 25 lignes, typique du vidéotex, mais certaines spécificités n'ont pu être converties correctement: modes graphiques "mosaïques" et "DRCS", couleurs, masquage, inversion vidéo, clignotement, soulignement, double hauteur, double largeur, double taille, caractères "baton" et en règle générale tous les affichages "dynamiques". Seuls les fichiers originaux - codés en vidéotex - permettent à travers un émulateur une consultation fidèle des archives des forums de Pinky. Les titres de messages ne sont pas d'origine. Comme les messages sur Pinky n'avaient pas de titre, je les ai ajoutés pour faciliter la lecture. Ils peuvent parfois manquer d'objectivité et laisser filtrer un certain engagement de ma part.
Mode d'emploi: après avoir téléchargé le fichier compressé Stuffit (".sit") décompressez-le (Stuffit expander pour Mac et PC est en téléchargement gratuitement chez
Aladdin). Ensuite, sur Macintosh, ouvrez le fichier "Index des archives de Pinky" (document du navigateur gratuit EasyView) et naviguez au sein des messages et des forums à l'aide des touches fléchées ou de la souris (voir copie d'écran ci-contre). Si vous êtes sur PC vous pouvez lire les forums en les ouvrant avec un traitement de texte, voire un navigateur web (en adaptant la lecture pour qu'il reconnaisse les caractères Macintosh). Dans ce cas vous n'aurez pas l'écran ci-dessus avec la liste des messages. Pour retrouver l'aspect initial des messages, consultez cette archive de préférence avec une fonte de caractères non proportionnelle comme "Monaco" ou "Courrier".

Notes:

-

L'archivage des messages forum n'ayant été mis en place qu'en été 1988, seuls les messages écrits après cette date ont été stockés.

-

Les 20 derniers messages du forum sont absents de la version vidéotex. Seule la version texte indexée pour EasyView contient l'intégralité des message d'un forum.

Rubrique Mac

La rubrique dédiée au Macintosh était promise à un bel avenir ...avant que je ne me décide à fermer Pinky ;-) Une passerelle automatique devait unifier le forum Mac de Pinky et le forum Mac d'Ellis. Le menu de la rubrique Mac avait d'ailleurs été dessiné par Bruno, sysop d'Ellis. Chaque nuit, vers 3h00 du matin, l'un des deux serveurs devait appeler l'autre, lui envoyer les messages ajoutés dans son forum Mac dans la journée, et récupérer ceux ajoutés sur l'autre serveur. Et chaque nuit les rôles étaient inversés afin que ce ne soit pas toujours le même qui paye le prix de la communication :-) Bruno et moi étions assez content de cette idée de passerelle automatique car ce type de liaison était peu courant à l'époque. De plus, en ce qui me concerne, programmer un Minitel pour qu'il compose un numéro de téléphone et entre en contact un autre Minitel pour échanger des données, tout cela avec du matériel livré gratuitement par France Telecom, avait quelque chose de jubilatoire.
Appeler un autre Minitel n'était vraiment pas évident à l'époque: le Minitel 1B ne permettaient pas de composer des numéros de téléphone comme n'importe quel modem peut le faire avec une simple instruction du genre ATDT45033732 pour appeler le 45 03 37 32 (le numéro de Pinky). A l'époque il fallait simuler des impulsions en décrochant et raccrochant le modem. On décroche, on attend 1/4 de seconde, on raccroche, et on a généré le chiffre 1. Pour générer le chiffre 2 il faut répéter l'opération deux fois de suite, et ainsi de suite. Sachant qu'entre chaque chiffre il faut attendre 1/2 seconde. C'était vraiment de la magouille mais ca marchait !
A mon grand regret Pinky aura hélas fermé avant que la passerelle ne soit opérationnelle à 100%. Bruno avait déjà la tête dans la recherche d'un système de messagerie évolué qui se concrétisera avec le système FirstClass, qui fonctionna jusqu'en fin 2000. Ellis a récemment réouvert des forums très animés !

Les messages échangés dans le forum Macintosh ont été archivés et sont toujours consultables aujourd'hui: environ 300 messages, rédigés par Al, Blackstorm, Bonaventur, Boris, Crocheteur, Decibel, Ellis, Eric, God, Golffies, Hex, Macak, Marc, Micdax, Ovion, Philbbs, Pixie, Pom, Quick, Telstar, Tichy, Vagabonde, Z777. Ils sont consultables dans les forums de Pinky sous forme de fichiers texte indexés pour EasyView (fichier compressé Stuffit de 1,3 Mo). Environ 6000 messages. Avec cette version au moins on n'est pas perdu au milieu d'une ribambelle d'écrans: chaque message possède un titre et est accessible à travers une liste, ce qui permet de se repérer très rapidement dans l'archive et de retrouver facilement un message après coup (la liste des messages n'est accessible que sur Mac). Mais le format texte rend les messages assez fades. J'ai préservé autant que possible l'aspect des messages: on y retrouve ainsi le format 40 colonnes sur 25 lignes, typique du vidéotex, mais certaines spécificités n'ont pu être converties correctement: modes graphiques "mosaïques" et "DRCS", couleurs, masquage, inversion vidéo, clignotement, soulignement, double hauteur, double largeur, double taille, caractères "baton" et en règle générale tous les affichages "dynamiques". Seuls les fichiers originaux - codés en vidéotex - permettent à travers un émulateur une consultation fidèle des archives des forums de Pinky. Les titres de messages ne sont pas d'origine. Comme les messages sur Pinky n'avaient pas de titre, je les ai ajoutés pour faciliter la lecture. Ils peuvent parfois manquer d'objectivité et laisser filtrer un certain engagement de ma part.
Mode d'emploi: après avoir téléchargé le fichier compressé Stuffit (".sit") décompressez-le (Stuffit expander pour Mac et PC est en téléchargement gratuitement chez
Aladdin). Ensuite, sur Macintosh, ouvrez le fichier "Index des archives de Pinky" (document du navigateur gratuit EasyView) et naviguez au sein des messages et des forums à l'aide des touches fléchées ou de la souris (voir copie d'écran ci-contre). Si vous êtes sur PC vous pouvez lire les forums en les ouvrant avec un traitement de texte, voire un navigateur web (en adaptant la lecture pour qu'il reconnaisse les caractères Macintosh). Dans ce cas vous n'aurez pas l'écran ci-dessus avec la liste des messages. Pour retrouver l'aspect initial des messages, consultez cette archive de préférence avec une fonte de caractères non proportionnelle comme "Monaco" ou "Courrier".

Contrairement aux autres forums, je n'ai pas sous la main la version vidéotex du forum Macintosh. Je l'ai peut-être effacé par mégarde. Quand j'aurai le courage j'irai reprogrammer en GFA Basic dans l'émulateur Atari ST de mon PowerBook pour générer ce fichier à partir des archives originales de Pinky... Ca va être épique !

Notes:

-

L'archivage des messages forum n'ayant été mis en place qu'en été 1988, seuls les messages écrits après cette date ont été stockés.

-

Les 20 derniers messages du forum sont absents de la version vidéotex. Seule la version texte indexée pour EasyView contient l'intégralité des message d'un forum.

Rubrique Pinky

La rubrique génCette rubrique était le moyen pour moi de signaler aux utilisateurs les évolutions du serveur (nouvelles fonctionnalités, bugs corrigés). Un forum leur permettait de signaler des bugs ou d'exprimer des suggestions d'amélioration. Notez l'euphémisme "spécificités de Pinky" :-)


Les messages échangés dans le forum Pinky ont été archivés et sont toujours consultables aujourd'hui: environ 90 messages, rédigés par Am29000, Avenger, Dcd, Ellis, God, Golffies, Kiss, Mic dax, Philbbs, Pixie.

Deux façons de consulter le forum:

1)

Le forum Pinky sous forme de fichier vidéotex (fichier ".vdt" de 40 Ko). Vous devez posséder un émulateur vidéotex et éventuellement adapter le fichier pour qu'il reconnaisse les fin de pages. Donc c'est la solution des bricoleurs... Consulter autant de messages d'un coup est relativement indigeste, mais vous aurez l'affichage original du Minitel avec ses caractères graphiques, ses attributs vidéotex et surtout la vitesse d'affichage d'origine (si votre émulateur le permet).

2)

L'ensemble des forums de Pinky sous forme de fichiers texte indexés pour EasyView (fichier compressé Stuffit de 1,3 Mo). Environ 6000 messages. Avec cette version au moins on n'est pas perdu au milieu d'une ribambelle d'écrans: chaque message possède un titre et est accessible à travers une liste, ce qui permet de se repérer très rapidement dans l'archive et de retrouver facilement un message après coup (la liste des messages n'est accessible que sur Mac). Mais le format texte rend les messages assez fades. J'ai préservé autant que possible l'aspect des messages: on y retrouve ainsi le format 40 colonnes sur 25 lignes, typique du vidéotex, mais certaines spécificités n'ont pu être converties correctement: modes graphiques "mosaïques" et "DRCS", couleurs, masquage, inversion vidéo, clignotement, soulignement, double hauteur, double largeur, double taille, caractères "baton" et en règle générale tous les affichages "dynamiques". Seuls les fichiers originaux - codés en vidéotex - permettent à travers un émulateur une consultation fidèle des archives des forums de Pinky. Les titres de messages ne sont pas d'origine. Comme les messages sur Pinky n'avaient pas de titre, je les ai ajoutés pour faciliter la lecture. Ils peuvent parfois manquer d'objectivité et laisser filtrer un certain engagement de ma part.
Mode d'emploi: après avoir téléchargé le fichier compressé Stuffit (".sit") décompressez-le (Stuffit expander pour Mac et PC est en téléchargement gratuitement chez
Aladdin). Ensuite, sur Macintosh, ouvrez le fichier "Index des archives de Pinky" (document du navigateur gratuit EasyView) et naviguez au sein des messages et des forums à l'aide des touches fléchées ou de la souris (voir copie d'écran ci-contre). Si vous êtes sur PC vous pouvez lire les forums en les ouvrant avec un traitement de texte, voire un navigateur web (en adaptant la lecture pour qu'il reconnaisse les caractères Macintosh). Dans ce cas vous n'aurez pas l'écran ci-dessus avec la liste des messages. Pour retrouver l'aspect initial des messages, consultez cette archive de préférence avec une fonte de caractères non proportionnelle comme "Monaco" ou "Courrier".

Notes:

-

L'archivage des messages forum n'ayant été mis en place qu'en été 1988, seuls les messages écrits après cette date ont été stockés.

-

Les 20 derniers messages du forum sont absents de la version vidéotex. Seule la version texte indexée pour EasyView contient l'intégralité des message d'un forum.

Rubrique Télématique

La rubrique télématique, que l'on retrouvait sous une forme similaire sur la majorité des micro-serveurs était le moyen de connaître les nouveaux serveurs et ceux qui fermaient. Le logo de la rubrique venant de l'annuaire électronique (c'était le deuxième et dernier logo copié sur Pinky, honte honte à moi !).

Ci-dessous les copies d'écran de la liste des micro-serveurs de l'époque. Notez les numéros de téléphone à 8 chiffres, et le "1" optionnel du passage de la province à la région parisienne.

Cette rubrique était aussi le moyen de signaler d'éventuelles réunions entre "Sysops" (écran ci-dessous)

Il est difficile de restituer l'ambiance variée des forums. Les copies d'écrans en forum Atari ST ne sont pas des plus palpitantes. J'ai toutefois retrouvé dans les archives du forum Télématique 21 écrans qui me paraissent représentatifs des meilleurs moments de rigolade. Ces messages ont pour point commun "Best", un sysop aussi menteur que prétentieux (d'où probablement son choix de pseudonyme). Ses messages publicitaires acides et et gratuits ne manquaient pas de déclencher de vives réactions de la communauté circulant sur les micro-serveurs de l'époque. Les deux premières copies d'écran ne proviennent d'ailleurs pas de Pinky mais du serveur Ellis. La discussion a un peu dégénéré, et a repris sur Pinky après que Best m'ai contacté par téléphone. Ensuite, ca dégénère franchement :-) Les derniers écrans, que je trouve très bons, sont tous dûs à un utilisateur inconnu "Vanguard". Dix ans plus tard, je ne sais d'ailleurs toujours pas qui se cachait derrière ce pseudonyme. Vanguard, si tu me lis, envoie-moi un petit courrier !


Les messages échangés dans le forum Télématique ont été archivés et sont toujours consultables aujourd'hui: environ 840 messages, rédigés par Ah te voila, Albert, Aldebaran, Alix, Am29000, Anaconda 47559909, Art, Avenger, Axordi, Benji, Best, Bestman, Bonventur, Canal, Charlie, Christ, Cobra, Cssr 67, Damien, Demonstration, Diam, Dom01, Dominicq, Drlct, Eddy, Ellis, Ericos, Eridan, Etoile, Ewandor, Fabrice, Flicos, Fox, Francois, Freud, God, Golffies, Greg, Gt, Guepard, Guillaume, Hector, Helicosoft, Hex, Houla, Jeanmi, Jef, Jeje, Jfw, Jumping, Kevius, Microcom, Moustique, Next, Nico, Niloc, Num ris god, Ovion, Oxygene, Pampers, Philbbs, Pingo, Poivron mou et dur, Pop s, Potirons, Rusty james, Sepp, Serveur, Servitel, Simple, Solong, Sork, St bug, Stef, Tease, Tel, Telstar, The count, Thor, Vanguard, Well04, Worst.

Deux façons de consulter le forum:

1)

Le forum Télématique sous forme de fichier vidéotex (fichier ".vdt" de 410 Ko). Vous devez posséder un émulateur vidéotex et éventuellement adapter le fichier pour qu'il reconnaisse les fin de pages. Donc c'est la solution des bricoleurs... Consulter autant de messages d'un coup est relativement indigeste, mais vous aurez l'affichage original du Minitel avec ses caractères graphiques, ses attributs vidéotex et surtout la vitesse d'affichage d'origine (si votre émulateur le permet).

2)

L'ensemble des forums de Pinky sous forme de fichiers texte indexés pour EasyView (fichier compressé Stuffit de 1,3 Mo). Environ 6000 messages. Avec cette version au moins on n'est pas perdu au milieu d'une ribambelle d'écrans: chaque message possède un titre et est accessible à travers une liste, ce qui permet de se repérer très rapidement dans l'archive et de retrouver facilement un message après coup (la liste des messages n'est accessible que sur Mac). Mais le format texte rend les messages assez fades. J'ai préservé autant que possible l'aspect des messages: on y retrouve ainsi le format 40 colonnes sur 25 lignes, typique du vidéotex, mais certaines spécificités n'ont pu être converties correctement: modes graphiques "mosaïques" et "DRCS", couleurs, masquage, inversion vidéo, clignotement, soulignement, double hauteur, double largeur, double taille, caractères "baton" et en règle générale tous les affichages "dynamiques". Seuls les fichiers originaux - codés en vidéotex - permettent à travers un émulateur une consultation fidèle des archives des forums de Pinky. Les titres de messages ne sont pas d'origine. Comme les messages sur Pinky n'avaient pas de titre, je les ai ajoutés pour faciliter la lecture. Ils peuvent parfois manquer d'objectivité et laisser filtrer un certain engagement de ma part.
Mode d'emploi: après avoir téléchargé le fichier compressé Stuffit (".sit") décompressez-le (Stuffit expander pour Mac et PC est en téléchargement gratuitement chez
Aladdin). Ensuite, sur Macintosh, ouvrez le fichier "Index des archives de Pinky" (document du navigateur gratuit EasyView) et naviguez au sein des messages et des forums à l'aide des touches fléchées ou de la souris (voir copie d'écran ci-contre). Si vous êtes sur PC vous pouvez lire les forums en les ouvrant avec un traitement de texte, voire un navigateur web (en adaptant la lecture pour qu'il reconnaisse les caractères Macintosh). Dans ce cas vous n'aurez pas l'écran ci-dessus avec la liste des messages. Pour retrouver l'aspect initial des messages, consultez cette archive de préférence avec une fonte de caractères non proportionnelle comme "Monaco" ou "Courrier".

Notes:

-

L'archivage des messages forum n'ayant été mis en place qu'en été 1988, seuls les messages écrits après cette date ont été stockés.

-

Les 20 derniers messages du forum sont absents de la version vidéotex. Seule la version texte indexée pour EasyView contient l'intégralité des message d'un forum.

Les autres rubriques "culturelles": Musique, Littérature, Médias, Cinéma

Ces rubriques étaient de conception identique, il n'y a rien à dire particulier dessus, sauf la rubrique Cinéma avec ses QCM.

...

La rubrique la plus animée était de loin la rubrique Cinéma, où les concours s'enchaînaient régulièrement: Art et essai (fait par YURI), Cary Grant (CLINT), James Bond (CLINT), Louis de Funès (CLINT), Yul Brynner (CLINT), Jean-Paul Belmondo (CLINT), Walt Disney (GIL), Le Prisonnier (PIXIE), Audrey Hepburn (GIL), Cinéma Italien (YURI), Bourvil (CLINT), Cinéma français des années 40/50 (PHILBBS). Chaque concours se présentait sous la forme d'un questionnaire d'une vingtaine de choix multiples, incluant aussi des réponses partiellement ouvertes. Les questions portant sur des photos d'acteurs affichés à l'écran étaient d'autant plus difficiles que le format d'affichage vidéotex était très imprécis. Mais la liste des scores individuels était très motivante et la lutte était parfois acharnée, autant pour les places de théâtre gratuites mises en jeu gracieusement par CLINT que pour le plaisir d'être le premier de la liste ! Ci-dessous, l'écran de présentation du concours Yul Brynner, le guide d'utilisation, quelques extraits de questions/réponses et les scores du dernier concours sur le Cinéma français des années 40/50.


Les 1300 messages environ échangés dans les forums culturels ont été archivés et sont toujours consultables aujourd'hui:

-

Forum Cinéma: 860 messages environ, rédigés par Am29000, Avenger, Christ, Clint, Coluche, Cptkirk, Cuckatoos, Dany, Ellis, Fabrice, Fou, Freud, Gil, God, Golffies, Hamster jovial, Hex, Jeje, Jim kirk, Leonidax, Maiden, Mic dax, Nathalie, Philbbs, Pixie, Poivron, Poivron mou et dur, Slash, Tel, The prisoner, Timothy, Yuri.

-

Forum Littérature: 130 messages environ, rédigés par Cuckatoos, Dany, Ellis, Gil, God, Golffies, Marc twain, Philbbs, Pixie, Poivron, Poivron mou et dur.

-

Forum Médias: 150 messages environ, rédigés par Am29000, Avenger, Christ, Dany, Demo, Gil, God, Golffies, Hex, Leonidax, Philbbs, Pixie, Pouget, Sepp, Seppy, Yuri.

-

Forum Musique: 150 messages environ, rédigés par Am29000, Avenger, Beijing, Benji, Charly3, Christ, Clint, Dany, Dx cie, Ellis, Gil, Glof, God, Golffies, Hex, Jazz, Leonidax, Lipto, Marc twain, Marc2, Midimac, Nathalie, Philbbs, Pixie, Poivron, Poivron mou et dur, Siesteur, Stone rose, Thor, Tyr, Yuri.

Deux façons de consulter les forums:

1)

Les forums Cinéma, Littérature, Médias et Musique sous forme de fichier vidéotex (fichier ".vdt" de 430 Ko, 60 Ko, 80 Ko et 75 Ko). Vous devez posséder un émulateur vidéotex et éventuellement adapter le fichier pour qu'il reconnaisse les fin de pages. Donc c'est la solution des bricoleurs... Consulter autant de messages d'un coup est relativement indigeste, mais vous aurez l'affichage original du Minitel avec ses caractères graphiques, ses attributs vidéotex et surtout la vitesse d'affichage d'origine (si votre émulateur le permet).

2)

L'ensemble des forums de Pinky sous forme de fichiers texte indexés pour EasyView (fichier compressé Stuffit de 1,3 Mo). Environ 6000 messages. Avec cette version au moins on n'est pas perdu au milieu d'une ribambelle d'écrans: chaque message possède un titre et est accessible à travers une liste, ce qui permet de se repérer très rapidement dans l'archive et de retrouver facilement un message après coup (la liste des messages n'est accessible que sur Mac). Mais le format texte rend les messages assez fades. J'ai préservé autant que possible l'aspect des messages: on y retrouve ainsi le format 40 colonnes sur 25 lignes, typique du vidéotex, mais certaines spécificités n'ont pu être converties correctement: modes graphiques "mosaïques" et "DRCS", couleurs, masquage, inversion vidéo, clignotement, soulignement, double hauteur, double largeur, double taille, caractères "baton" et en règle générale tous les affichages "dynamiques". Seuls les fichiers originaux - codés en vidéotex - permettent à travers un émulateur une consultation fidèle des archives des forums de Pinky. Les titres de messages ne sont pas d'origine. Comme les messages sur Pinky n'avaient pas de titre, je les ai ajoutés pour faciliter la lecture. Ils peuvent parfois manquer d'objectivité et laisser filtrer un certain engagement de ma part.
Mode d'emploi: après avoir téléchargé le fichier compressé Stuffit (".sit") décompressez-le (Stuffit expander pour Mac et PC est en téléchargement gratuitement chez
Aladdin). Ensuite, sur Macintosh, ouvrez le fichier "Index des archives de Pinky" (document du navigateur gratuit EasyView) et naviguez au sein des messages et des forums à l'aide des touches fléchées ou de la souris (voir copie d'écran ci-contre). Si vous êtes sur PC vous pouvez lire les forums en les ouvrant avec un traitement de texte, voire un navigateur web (en adaptant la lecture pour qu'il reconnaisse les caractères Macintosh). Dans ce cas vous n'aurez pas l'écran ci-dessus avec la liste des messages. Pour retrouver l'aspect initial des messages, consultez cette archive de préférence avec une fonte de caractères non proportionnelle comme "Monaco" ou "Courrier".

Notes:

-

L'archivage des messages forum n'ayant été mis en place qu'en été 1988, seuls les messages écrits après cette date ont été stockés.

-

Les 20 derniers messages du forum sont absents de la version vidéotex. Seule la version texte indexée pour EasyView contient l'intégralité des message d'un forum.


Le forum général

 

Le forum général était un lieu d'échange divers, sans rapport avec les rubriques spécialisées qui évoquées précédemment. L'absence de sujet précis ne l'empêchait pas d'être très animée. Pendant longtemps ce forum a été l'endroit où je communiquais les dernières améliorations et corrections de bugs du serveur, jusqu'à ce que crée finalement la rubrique Pinky spécialement destinée à cela.

L'aspect de l'écran d'accueil du forum génénal est le même que celui de l'Atari ST. Cela peut faire sourire aujourd'hui, mais à l'époque j'étais fier de reproduire l'inspiration d'une interface graphique évoluée sur un écran semi graphique d'environ 80x75 pavés avec conflit de proximité de couleurs...

Les messages échangés dans le forum général ont été archivés et sont toujours consultables aujourd'hui: environ 1360 messages, rédigés par rédigés par Ah te voila, Alem, Am29000, Archivage panneau, Artaud, Artemis, Avenger, Azathoth, Babette, Beijing, Benji, Best, Bestman, Bigfun, Canal, Cent pour cent, Chipie, Christ, Citrouille, Clint, Cobra, Cool, Coyotte, Cqntpr, Damien, Dany, Ellis, Elrond, Eqx5, Ercule, Etoile, Fabrice, Flicos, Fonzie, Francois, Frank, Freud, Fricotin, Frog, Froggy, Genova, Gil, God, Golffies, Gto, Guillaume, Help me please, Hex, Jeje, Jerrygood, Jfw, Jlouis, Jm dit le rabbit, Jonathan, Jumping, Kevius, Kiss, Le renegat, Louvia, Lucille, Ludo, Machiavel, Magazine fusion, Maldoror, Mercedes, Narval, Nathalie, Next, Pampers, Panneau, pateur, Pere noel, Perverspeper, Philbbs, Pinky, Pixie, Poivron, Razorback, Salamalekum, Sepp, Servitel, Sork, St bug, Tel, Telstar, Tricky, Vanguard, Voyageur, Willem, Worst, Yuri, Zap.

Deux façons de consulter le forum:

1)

Le forum général sous forme de fichier vidéotex (fichier ".vdt" de 550 Ko). Vous devez posséder un émulateur vidéotex et éventuellement adapter le fichier pour qu'il reconnaisse les fin de pages. Donc c'est la solution des bricoleurs... Consulter autant de messages d'un coup est relativement indigeste, mais vous aurez l'affichage original du Minitel avec ses caractères graphiques, ses attributs vidéotex et surtout la vitesse d'affichage d'origine (si votre émulateur le permet).

2)

L'ensemble des forums de Pinky sous forme de fichiers texte indexés pour EasyView (fichier compressé Stuffit de 1,3 Mo). Environ 6000 messagesEnviron 6000 messages. Avec cette version au moins on n'est pas perdu au milieu d'une ribambelle d'écrans: chaque message possède un titre et est accessible à travers une liste, ce qui permet de se repérer très rapidement dans l'archive et de retrouver facilement un message après coup (la liste des messages n'est accessible que sur Mac). Mais le format texte rend les messages assez fades. J'ai préservé autant que possible l'aspect des messages: on y retrouve ainsi le format 40 colonnes sur 25 lignes, typique du vidéotex, mais certaines spécificités n'ont pu être converties correctement: modes graphiques "mosaïques" et "DRCS", couleurs, masquage, inversion vidéo, clignotement, soulignement, double hauteur, double largeur, double taille, caractères "baton" et en règle générale tous les affichages "dynamiques". Seuls les fichiers originaux - codés en vidéotex - permettent à travers un émulateur une consultation fidèle des archives des forums de Pinky. Les titres de messages ne sont pas d'origine. Comme les messages sur Pinky n'avaient pas de titre, je les ai ajoutés pour faciliter la lecture. Ils peuvent parfois manquer d'objectivité et laisser filtrer un certain engagement de ma part.
Mode d'emploi: après avoir téléchargé le fichier compressé Stuffit (".sit") décompressez-le (Stuffit expander pour Mac et PC est en téléchargement gratuitement chez
Aladdin). Ensuite, sur Macintosh, ouvrez le fichier "Index des archives de Pinky" (document du navigateur gratuit EasyView) et naviguez au sein des messages et des forums à l'aide des touches fléchées ou de la souris (voir copie d'écran ci-contre). Si vous êtes sur PC vous pouvez lire les forums en les ouvrant avec un traitement de texte, voire un navigateur web (en adaptant la lecture pour qu'il reconnaisse les caractères Macintosh). Dans ce cas vous n'aurez pas l'écran ci-dessus avec la liste des messages. Pour retrouver l'aspect initial des messages, consultez cette archive de préférence avec une fonte de caractères non proportionnelle comme "Monaco" ou "Courrier".

Notes:

-

L'archivage des messages forum n'ayant été mis en place qu'en été 1988, seuls les messages écrits après cette date ont été stockés.

-

Les 20 derniers messages du forum sont absents de la version vidéotex. Seule la version texte indexée pour EasyView contient l'intégralité des message d'un forum.


b) Le panneau d'affichage

Le panneau d'affichage était un système de communication sommaire qui existait sur pratiquement tous les serveurs Minitel de l'époque. C'était une sorte de mur où l'on écrivait des graffitis: une simple page de 20 lignes dans laquelle on ajoutait une courte ligne de texte. Toute ligne ajoutée, en bas de page, effacait la ligne la plus ancienne, en haut de page. L'endroit était peu propice aux discussions compte tenu de la place restreinte, mais c'était assez vivant et cela donnait un peu l'illusion que d'autres personnes étaient connectées en même temps.

Particularité du panneau d'affichage de Pinky: les lignes effacées du panneau étaient transférées dans les archives du serveur et consultables par tous.

c) Quelques CV

Chaque utilisateur pouvait stocker plusieurs pages vidéotex pour accompagner sa boîte aux lettres et se présenter aux autres utilisateurs, d'où le terme de Curiculum Vitae. C'était une ébauche de page Web... Voici quelques CV d'utilisateurs: God, Cent pour Cent, Am29000, Canal, CHRIST, Cobra, E.m.n (alias Hex), GIL, Golffies, PHILBBS, Sepp, St bug, The, YURI.

 

d) Dessins

Voici quelques messages provenant de divers forums et contenant des dessins. Ceux à base de traits étaient fait dans l'éditeur de message. Les autres, incluant de la couleur et des caractères graphiques, étaient concus avec des composeurs vidéotex puis téléchargés dans l'éditeur de message. Certains composeurs vidéotex étaient programmés par leur utilisateur, comme FAST et GASTEL programmés par Ellis, ou le message "AVEC DE BEAUX CARACTERES ITALIQUES" dont j'avais programmé le générateur de caractères.

Quelques remarques supplémentaires sur les écrans ci-dessus: Le message "GOD vive le copier-coller" avec un petit fantôme est un copier-coller d'une page de mon CV (on pouvait copier-coller des pages au sein de Pinky, juste avec un Minitel). Le message sur la loi de Murphy était une copie d'écran d'un autre serveur vidéotex. Le fantôme soufflant sur un ventilateur provient d'une copie d'écran du jeu Bubble Ghost, programmé par CHRIST. Le Gaston Lagaffe provient d'un dessin que j'avais fait sur Atari ST (voir plus haut "Comment Pinky fut connu des utilisateurs"

e) Pubs autres micro-serveurs

Les copies d'écran ci-dessous sont des publicités pour d'autres micro-serveurs envoyées dans les forums de Pinky. Certaines contenaient du code vidéotex produisant de petites animations qui ne sont pas restituées par les copies d'écrans figées de cette page web.

f) Goodies

Il y avait un jeu d'adresse très sommaire dans la version Téléstrat de Pinky: Speedy ! C'était une adaptation d'un jeu de la cassette (!) de démonstration de l'Oric: le but du jeu était de garder sa voiture (X) sur une route sinueuse matérialisée par des étoiles (*) qui se tracait verticalement sur l'écran du Minitel, tout en évitant les trous (o), en attapant des points ($) ainsi que du fuel (F) pour pouvoir continuer à rouler. Le joueur utilisait deux touches du clavier du Minitel pour aller à gauche ou à droite, et ainsi éviter de sortir de la route ou de tomber dans un trou. La construction du circuit était entièrement aléatoire et devenait plus difficile à chaque niveau: le nombre de lignes à parcourir augmentait avec le niveau, de même que la sinuosité de la route, que le nombre de trous, alors que le nombre de recharges de fuel diminuait.

Le jeu en lui même n'était pas très passionnant, d'autant plus que le temps de transmission obligeait à anticiper légèrement les déplacements et rendait le défilement vertical quelquefois légèrement saccadé. Mais il prenait tout son intérêt grâce à la liste des scores où chacun cherchait à faire mieux que son voisin pour arriver en tête de liste. Ce climat de compétition était très motivant. On le retrouvait aussi dans les concours Cinéma (voir plus haut).

La seconde copie d'écran est une reconstitution faite de mémoire d'une partie de Speedy. En haut à gauche, le compteur de points, qui s'incrémentait à chaque ligne parcourue et surtout à chaque $ attrapé. En haut à droite, le compteur de Fuel qui diminuait à chaque ligne parcourue.

g) La messagerie

C'est le gros morceau de Pinky, que l'on peut découper en deux parties:

-

Les boîtes aux lettres, qui permettaient d'envoyer, de recevoir du courrier, d'archiver le courrier reçu, d'accéder à l'annuaire des boites aux lettres, de gérer des listes de diffusion et des groupes d'utilisateurs, et qui regroupaient enfin tous les paramétrages du serveur en fonction de l'utilisateur.

-

L'éditeur de message, assez complexe lui aussi car bourré de fonctions tendant vers le traitement de texte (sur un Minitel...). L'éditeur de message était aussi utilisé dans les forums mais je préfère parler de ces deux éléments complexes ensemble, surtout parceque le paramétrage de l'éditeur de texte et de la boîte aux lettres se faisaient au même endroit. Comme tout ceci est assez dense, je vais un peu modifier la mise en page par rapport au reste de la présentation de Pinky.

Les boîtes aux lettres

Comme je l'évoquais quelques lignes plus haut, les boîtes aux lettres (BAL), permettaient d'envoyer, de recevoir et d'archiver son courrier, d'accéder à l'annuaire des boites aux lettres, de gérer des listes de diffusion et des groupes d'utilisateurs, et qui regroupaient enfin tous les paramétrages du serveur en fonction de l'utilisateur.

Ci dessous, une copie d'écran du menu principal des Boîtes aux lettres. Notez l'absence de numéro 1 à côté de "Lire vos message" dû à l'absence de message à lire. A côté, l'écran permettant de choisir le destinataire du message (ici Damien) qui sera rédigé ensuite dans l'éditeur de messages (détails dans le chapitre suivant).


Ci-dessous, le mode de fonctionnement lors de l'envoi d'un message à plusieurs personnes: on tapait "Plusieurs" et on tombait alors dans la consultation de l'annuaire dans lequel on pouvait sélectionner ses destinataire. Des commandes permettaient d'ajouter à la sélection tous les pseudonymes présents dans la liste courante, ou encore d'inverser des sélections, ce qui permettaient de construire très simplement des listes de diffusion qu'on pouvait stocker de manière permanente (voir plus bas) et réutiliser en tapant "Liste " suivi de son nom. J'avais ajouté deux utilisateurs virtuel: "TOUS" pour écrire à tout le monde, et surtout "Hasard" qui choisissait d'envoyer le message au hasard dans l'une des boites aux lettres de l'annuaire (il vous disait ensuite vers qui le message était parti). C'était assez amusant à utiliser ! Le quatrième écran ci-dessous montre la phase d'expédition du message depuis l'éditeur de messages (détails sur l'éditeur dans le chapitre suivant): notez le message d'erreur indiquant que le message n'a pas pu être envoyé au 268 ème destinataire car sa boite aux lettre est pleine.


Ecran suivant: l'annuaire avec recherche multi-critère (ici, les utilisateurs habitant Paris et ayant créé un CV) suivi de la visualisation des individus correspondant à la recherche. Notez la petite flèche à gauche indique la présence d'un CV, ainsi que la ligne noire correspondant au choix "page précédente qui ne s'affaichait que si nécessaire. Ecran suivant: consultation d'un CV (ici celui de Canal). La recherche multicritère était utilisée dans de nombreux autres points du serveur, entre autres lors de l'envoi d'un message pour définir la liste des destinataires.

 

Chaque utilisateur pouvait adhérer à un "groupe". La création d'un groupe était autorisée ou non selon le niveau de connexion de l'utilisateur. On peut voir la date de création du groupe, son nombre de membres, et le OUI qui indique que je suis membre de certains groupes. On pouvait ensuite se baser sur les groupes créés pour faire des envois de messages à tous leurs membres. Chaque utilisateur pouvait aussi se créer des listes de diffusion, valables uniquement pour lui. Dans la copie d'écran, on voit que j'avais créé une liste "Paris" contenant tous les utilisateurs basés sur Paris. La manipulation de la liste était assez simple, pouvant cumuler plusieurs recherches multi-critères dans l'annuaire sur un mode ajout ou suppression (ainsi, la conception de la liste "Paris" n'avait pas dû me prendre plus de 15 secondes). Comme pour les groupes, on pouvait expédier un message à tous les membres d'une liste.

 

Ci-dessous, les archives personnelles. Elles se manipulaient exactement de la même manière que la liste des messages recus. Les archives étaient une sorte de réservoir dans lequel étaient transférés automatiquement les messages lus qui n'avaient pas été effacés par l'utilisateur lors de leur lecture. Ainsi, on disposait toujours de messages non lus dans la liste des messages, et des messages déjà lus à conserver dans les archives personnelles. Notez le nombre de pages des messages dans la liste (2 pages pour le message de Golffies). Chaque boite aux lettres pouvait accueillir 192 messages maximum (de 32 pages chacun au maximum), répartis entre le réservoir des messages à lire et le réservoir des messages archivés. Les écrans ci-dessous sont extraits du guide des archives.

Ci-dessous, le menu de paramétrage de la boîte aux lettres et de l'éditeur de messages (note: le choix "Modifier votre CV" était automatiquement remplacé par "Créer votre CV" en cas d'absence de CV). A côté, l'état de la boîte aux lettres de l'utilisateur, comportant de nombreux renseignements dont le niveau de connexion (sysop = SYStem OPerator ou opérateur système), les messages envoyés et reçus (qui n'incluent pas les messages forum) et une représentation visuelle du volume des messages stockés (100% = 192 messages), des listes de diffusion personnelles, et du glossaire (voir ci-dessous).

 

Le glossaire (ou réserves de macro-commande) était constitué de 32 chaines permettant de stocker des séquences répétitives afin de gagner du temps lors de la rédaction des messages. Cela permettait par exemple de "coller" instantanément une formule de politesse et une signature à la fin de ses messages.

Chacun des 20 glossaires acceptait des chaines de caractères mais aussi des noms de touches de fonction, voir l'appel d'autres glossaires ! Il y avait évidemment un test lors de l'exécution pour empêcher les étourdis de programmer des glossaires qui bouclent en s'appellant eux-mêmes... Du coup, le glossaire pouvait servir de réserve de macro-commandes.

Le glossaire était utilisable partout dans le serveur. Deux macros, la 30 et 31 si ma mémoire est bonne, s'exécutaient lors de la connexion de l'utilisateur respectivement s'il y avait ou n'avait pas de messages à lire dans la boîte aux lettres. Un autre exemple d'utilisation (purement théorique): je pouvais créer une macro qui effectuait une reconnexion sous un autre compte bidon (créé pour l'occasion), qui rédigeait un court message d'insulte pour Best, le lui envoyait, et me reconnectait ensuite sous mon compte "God" !

Ecran ci-dessous, le paramétrage des boîtes aux lettres me plaisait beaucoup pour certaines fonctionnalités.

  • L'accès direct permettait de se positionner dans n'importe quel point important du serveur lors de la connexion (par défaut, il menait évidemment au Sommaire général du serveur).
  • L'horloge pouvait afficher l'heure, la durée, ou le coût de connexion en fonction du département d'appel et des réductions horaires (pour ce dernier point ca déconnait pas mal, surtout quand on appelait depuis la province !).
  • Le caractère de fond de masque de saisie est ce qui m'amusait le plus ! On pouvait remplacer le point, valeur par défaut, par un autre caractère. Avec un "/" cela donnait un effet assez marrant (voir les deux écrans suivants, le champ en bas de page, et l'éditeur de messages). L'effet ne portait pas uniquement sur les champs de saisie en bas de page mais sur tous les champs de saisie: la dimension de l'éditeur de textes était redéfinissable et tous les champs de saisie étaient construit dessus. On modifiait donc pas mal de choses en même temps !
    • 5 colonnes x 1 ligne x 1 page = champ de saisie
    • 38 colonnes x 10 lignes x 1 page = éditeur de glossaire.
    • 40 colonnes x 20 lignes x 32 pages = éditeur de messages
  • La ligne "Gestion de l'arborescence" permettait de réconcilier ceux pour qui Sommaire faisait remonter au Sommaire du serveur et ceux pour qui Sommaire effectuait un retour au dernier menu (beurk).
  • L'accès au mode étendu permettait d'activer ou de désactiver les fonctions d'édition de texte dans l'éditeur.
 

Enfin, pour terminer avec le paramétrage utilisateur, une vingtaine de fonctions étendues (alignements, justification...) étaient disponibles dans l'éditeur de message. Comme ces fonctions n'existaient nulle part, leur utilisation n'était donc régie par aucun standard de touches de fonctions. J'ai donc offert la possibilité à l'utilisateur de choisir lui-même les touches d'accès à ces fonctions.

Soit sous la forme # + touche de fonction, soit sous la forme CTRL + lettre ou chiffre (sans prise en compte des majuscules/minuscules je crois). Les affichages dans les guides tenaient compte de ces redéfinitions (voir plus bas le guide de l'éditeur de messages)?

 

 

L'éditeur de messages

L'éditeur de messages était la partie de Pinky dont j'étais le plus content. J'en parle en général en dernier car c'est assez barbant si on ne s'intéresse pas à la programmation et si on connait mal les possibilités (et surtout les limites) d'un Minitel. Remarquez, la section précedente concernant le paramétrage utilisateur dans les boites aux lettres est déjà pas mal :-)

Les messages boîtes aux lettres, comme les messages forums, pouvaient atteindre 32 pages et contenir du code vidéotex (par téléchargement dans l'éditeur). On avait sur Pinky pratiquement les mêmes fonctions qu'avec un traitement de texte de type MS-DOS en mode 80 colonnes utilisant une police non proportionnelle, sauf que l'insertion se faisait sur une ligne et non sur un paragraphe. Pinky offrait une sorte d'éditeur pleine page sur Minitel: le serveur géraît les fonctions d'insertion /suppression de caractères/lignes du Minitel 1b, et une insertion de ligne en page 1 décalait tout le texte jusqu'à la page 32, ce qui n'était pas courant du tout à l'époque (je n'en ai même jamais vu). De plus, on disposait de fonctions d'alignement à droite, gauche, centre et justification applicable à une ligne, une page, voire à tout le texte. On pouvait aussi copier le contenu d'un message et le coller en tant que texte dans une page vide de l'éditeur (par contre si le message contenait du code vidéotex on ne pouvait pas l'éditer). En fait, au risque de passer pour un prétentieux, je dois avouer que je n'ai jamais vu de tel éditeur pour Minitel mis à part sur Pinky.

  • Editeur pleine page avec possibilité d'insertion permanente.
  • Utilisation de toutes les fonctions de traitement internes du M1b et supérieur pour raffraichir l'écran en local.
  • 32 pages vues comme une seule page continue.
  • Editions évoluées style traitement de texte (alignements, justification, sauts de page...).
  • Copier/Coller (mais uniquement de pages entières).

Dans le chapitre précédent, à la fin du paramétrage utilisateur dans les boîtes aux lettres, j'expliquais qu'on pouvait attribuer des séquences de touches à des fonctions de l'éditeur de messages (par exemple attribuer la séquence #CORRECTION à l'effacement du dernier mot tapé).Ces touches redéfinies par l'utilisateur étaient rappelées dynamiquement dans le guide de l'éditeur de message. On voit dans le troisième écran ci-dessous les accès redéfinis (désolé, la copie d'écran déconne sur la fin et il manque la page suivante, mais le principe y est...).


Mais voici quelques copies d'écran prises dans l'éditeur de messages alors que j'étais en "dialogue sysop" (vous avez déjà dû voir la copie d'écran de base quelques chapitres plus haut). L'écran vide, avec ses 32 pages de 20 lignes, puis un message aligné à gauche, justifié, aligné à droite, centré, insertion de 3 lignes, et enfin suppression de 5 lignes (les lignes sortant en bas de l'écran 1 apparaissaient évidemment en faut de l'écran 2 et décalaient ainsi toutes les pages).

Parler d'un éditeur de texte n'est vraiment pas évident. Peut-être qu'un jour je remettrai Pinky en marche et ferai une capture en vidéo pour bien en comprendre le fonctionnement. Tout ce que je peux ajouter est qu'on me prenait souvent pour un dingue avec mes fonctions de traitement de texte pour Minitel :-)


h) Bonus: l'arborescence de Pinky

Si vous lisez ces lignes c'est que décidément les détails techniques vous intéressent. Alors pour finir, voici le fichier de l'arborescence de Pinky, utilisé tel quel par mon programme "Monoserv" pour faire fonctionner le serveur. Elle est simplement définie par l'utilisateur avec un éditeur de texte et stockée dans le fichier ARBO.VDT.

'
' Arborescence pour PINKY 4.0 version ATARI ST
' ============================================
'
' Création le 22 mars 1989 d'après l'arbo originale de juin 1986.
'
'
G=GENERAL
A=ATARI ST
O=ORIC-1/ATMOS
T=TELESTRAT
M=MINITEL
D=MUSIQUE
L=LITTERATURE
C=CINEMA
B=MEDIA
P=PINKY
Z=MAC
'
' Ne pas changer l'ordre des forums ci-dessus une fois créés, cet ordre
' est utilisé dans le fichier BOITES pour le stockage des marques-page.
'

ACCUEIL
IDENTIFICATION
SOMMAIR
1 : RUBINFO

1 : RUBATA (ATA)

1 : LISTE FORUM A
2 : LECTURE FORUM A
3 : ECRITURE FORUM A (<>1)
4 : CONSULTATION ARCHIVE A
5 : AFFICHER TEXTE NEWS_ATA
6 : TRUCATA

1 : AFFICHER TEXTE REVUE_ST
2 : AFFICHER TEXTE REVEN_ST
3 : ICONEFS

FLIGHT
1 : AFFICHER TEXTE F_INTRO
2 : AFFICHER TEXTE F_ENVIRO
3 : AFFICHER TEXTE F_INIT
4 : AFFICHER TEXTE F_ENDROI
5 : AFFICHER TEXTE F_ACROBA

2 : RUBMIN (MIN)

1 : LISTE FORUM M
2 : LECTURE FORUM M
3 : ECRITURE FORUM M (<>1)
4 : CONSULTATION ARCHIVE M
5 : AFFICHER TEXTE SERVEURS
6 : AFFICHER TEXTE SONDAGE

MODULE SPECIFIQUE

3 : RUBPINKY (PINK)

1 : LISTE FORUM P
2 : LECTURE FORUM P
3 : ECRITURE FORUM P (SUG)
4 : CONSULTATION ARCHIVE P
5 : ECRITURE SYSOP (SYS)

4 : RUBMAC (MAC)

1 : LISTE FORUM Z
2 : LECTURE FORUM Z
3 : ECRITURE FORUM Z (<>1)
4 : CONSULTATION ARCHIVE Z
5 : AFFICHER TEXTE A_PROPOS

5 : RUBORIC (ORIC)

1 : LISTE FORUM O
2 : LECTURE FORUM O
3 : ECRITURE FORUM O (<>1)
4 : CONSULTATION ARCHIVE T
5 : CONSULTATION ARCHIVE O
6 : TRAST_OR

1 : AFFICHER TEXTE LIST_ORI
2 : AFFICHER TEXTE TRUCS_OR
3 : AFFICHER TEXTE BUGS_ORI
4 : AFFICHER TEXTE TRUCS_TL

2 : RUBCULT

1 : RUBMUSIK (MUS)

1 : LISTE FORUM D
2 : LECTURE FORUM D
3 : ECRITURE FORUM D
4 : CONSULTATION ARCHIVE D

2 : RUBLIVRE (LIT)

1 : LISTE FORUM L
2 : LECTURE FORUM L
3 : ECRITURE FORUM L
4 : CONSULTATION ARCHIVE L

3 : RUBCINE (CINE)

1 : LISTE FORUM C
2 : LECTURE FORUM C
3 : ECRITURE FORUM C
4 : CONSULTATION ARCHIVE C
5 : MENUCINE (CONC)

1 : AFFICHER TEXTE INTR_QCM
2 : QUESTIONNAIRE SCORES FRANCAI (<>1)
3 : SCORES QUESTIONNAIRE FRANCAI

6 : QUEST

1 : QUESTIONNAIRE REPONSES CINE
2 : QUESTIONNAIRE REPONSES GRANT
3 : QUESTIONNAIRE REPONSES BOND
4 : QUESTIONNAIRE REPONSES DE_FUNES
5 : QUESTIONNAIRE REPONSES BRYNNER
6 : QUESTIONNAIRE REPONSES BELMONDO
7 : QUESTIONNAIRE REPONSES DISNEY
8 : QUESTIONNAIRE REPONSES PRISONN
9 : QUESTIONNAIRE REPONSES HEPBURN
0 : QUESTIONNAIRE REPONSES ITALIEN
1 : QUESTIONNAIRE REPONSES BOURVIL

4 : RUBMEDIA (MED)

1 : LISTE FORUM B
2 : LECTURE FORUM B
3 : ECRITURE FORUM B
4 : CONSULTATION ARCHIVE B

3 : MSGERIE

1 : BOITES AUX LETTRES (BAL)
2 : FORUM (GENE)

1 : LISTE FORUM G
2 : LECTURE FORUM G
3 : ECRITURE FORUM G (<>1)
4 : CONSULTATION ARCHIVE G

3 : PANNEAU AFFICHAGE (PANN,<>1)
4 : DIALOGUE SYSOP (DIA)

4 : GOODIES

1 : UTILISATION GENERALE
2 : FREQUENTATION DU SERVEUR
3 : SYS_FREQ
4 : ARCHIPEL

ARTHUR
AXELOR_1
EDTA
ELLIS
ST_BUG
WELCOM

5 : ANNUAIRE (ZUT)

5 : AFFICHER TEXTE NEWS_PKY (NEWS)
6 : PRESENT

1 : AFFICHER TEXTE PRESENT
2 : PRIX
3 : GUIDES (AIDE)

1 : AFFICHER TEXTE G_FILTRE
2 : AFFICHER TEXTE G_CONSUL
3 : AFFICHER TEXTE G_CHOISI
4 : AFFICHER TEXTE G_FORUM
5 : AFFICHER TEXTE G_GLOSSA
6 : AFFICHER TEXTE G_GROUPE
7 : AFFICHER TEXTE G_LISTE
8 : AFFICHER TEXTE G_PARAME
9 : AFFICHER TEXTE G_MODFNC
0 : AFFICHER TEXTE G_TEXTE

4 : AFFICHER TEXTE BUGS

7 : SYSTEME (>2)

1 : ETAT DU SERVEUR
2 : UTILISATION DU SERVEUR
3 : UTILISATION DES MODULES
4 : LISTE DES APPELS (APL)
5 : LISTE DES NOUVELLES BOITES
6 : MODIFIER HORLOGE
7 : IMPORT EXPORT FORUM (>4)
8 : CROSS

1 : PAGE1
2 : PAGE2
3 : PAGE3
4 : PAGE4
5 : PAGE5
6 : PAGE6


6) Remerciements

Outre les noms évoqués précédemment, merci à tous ceux - finalement pas si nombreux - qui ont contribué à créer l'ambiance de Pinky à travers les forums. En voici la liste alphabétique (avec leur email pour certains):

Ah te voila, Al, Ala, Albert, Aldebaran, Alem, Alix, Am29000, Anaconda 47559909, Art, Artaud, Artemis, Atafun, Atardre, Atmos93, Avenger, Axordi, Azathoth, Babette, Bebe, Beijing, Benji, Best, Bestman, Bigfun, Blackstorm, Blue monkeys, Bonaventur, Boris, Bus, Cameleon,
Canal, Cent pour cent, Charlie, Charly3, Chipie, Christ, Chronos, Citrouille, Clint, Cnx, Cobra, Coluche, Cool, Coyotte, Cptkirk, Cqntpr, Crack boum uh, Crocheteur, Cssr 67, Cuckatoos, Damien, Dany, Dcd, Decibel, Diam, Dom, Dom01, Domi, Dominicq, Drlct, Dx&cie, Eddy, Ellis, Elrond, E.m.n, Eqx5, Ercule, Eric, Ericos, Eridan, Etoile, Ewandor, Fabrice, Flicos, Flight, Fonzie, Fou, Fox, Francois, Frank, Freud, Fricotin, Frog, Froggy, Gagman, Genova, Gil, Glof, God, Golffies, Greg, Gregory, Gt, Gto, Guepard, Guillaume, Hamster jovial, Hector, Helicosoft, Hex, Houla, Jazz, Jeanmi, Jedi, Jef, Jeje, Jejecmoi, Jerrygood, Jess, Jfw, Jim kirk, Jlouis, Jm dit le rabbit, Jonathan, Jumping, Kevius, Kid, Kiss, Lacos, Le renegat, Leonidax, Lipto, Logbase, Lola, Louvia, Lucille, Ludo, Macak, Machiavel, Magazine fusion, Maiden, Maldoror, Marc, Marc twain, Marc2, Mcp, Megasoft, Mercedes, Mic dax, Micho, Microcom, Midimac, Moustique, Mv, Narval, Nathalie, Neb, Next, Nico, Niloc, Num ris god, Ovion, Oxygene, Pampers, pateur, Pere noel, Perverspeper, Philbbs, Photon, Pingo, Pixie, Poivron, Poivron mou et dur, Pom, Pop s, Popo, Potirons, Pouget, Quick, Razorback, Rusty james, Salamalekum, Seldon, Sepp, Seppy, Servitel, Sfena, Siesteur, Simple, Slash, Sncf wf, Solong, Sork, Spock, St bug, Steely, Stef, Stjc 67, Stone rose, Tease, Tel, Telstar, The count, The prisoner, Thor, Tichy, Timothy, Tom, Toutou, Tricky, Tyr, Utopia, Vagabonde, Vanguard, Voyageur, Well04, Willem, Worst, Xxx, Yuri, Yyyyyy, Z777, Zap, Zejo.



7) Témoignages d'utilisateurs de Pinky

Vous connaissiez Pinky ? Vous voulez témoigner de vos impressions ? Cette partie de la page web de Pinky vous est ouverte !

05/02/2006

Les documents disponibles sur le net témoignant de toute cette communauté des RTC en France, merci beaucoup d'avoir pris le temps de régider un article aussi long sur Pinky, ça m'a fait un joli moment de nostalgie.
Je n'ai pas connu directement. Je suis arrivé plus vers l'époque des PCs, peu de temps avant la fermeture de SDE ["Service Des Étudiants", un RTC parisien]. M'enfin... Supercool, Altaïr, Pacush Blues, Feedback... et Campus RTC sur FPP.
Pour raconter un peu plus l'histoire, j'avais 9-10 ans quand j'ai commencé à discuter pas mal avec le Minitel sur du Transpac payant (3615 Joystick). Je me suis bien sûr fait bien engueuler après une facture bien corsée (normal)... Le fils d'un ami de ma mère, ayant eu vent de l'affaire, m'a ensuite montré les RTC, qui [étaient] plus raisonnables sur le plan financier. [J'ai eu envie de créer un serveur] pour voir comment on faisait. Combien d'utilisateur·ice·s réguliers de RTC ou de BBS, un peu passioné·e·s d'informatique n'ont pas eu envie, un jour, de créer leur propre serveur ? :D Je me rappelle avoir pas mal bidouillé [...] un serveur qui n'a jamais fonctionné avec MultiM, [...] un shareware je crois, qui tournait sur PC. Ca a été ma première approche de la discussion par clavier interposé, ce que j'ai poursuivi plus tard sur les BBS puis sur IRC.
Une légende familliale court autour du fait que j'avais, avec l'aide de mes soeurs, appris la disposition des touches du clavier du TO7 par coeur à l'âge de 3 ans. :D Je crois que les premiers contacts avec le clavier dont je me souvienne vraiment, c'était l'Amstrad PC sans disque dur (avec DOS et GEM !) et le minitel, ça devait être autour de 7 ans. Je me rappelle très bien du jour où je me suis mis à taper avec 10 doigts : ma soeur a juste eu à me montrer comment placer mes doigts sur la rangée, le reste est venu tout seul. Ça devait être vers 11-12 ans, et j'avais déjà le schéma du clavier complètement en tête. Je me rappelle aussi que j'étais content le jour où j'avais réussi à convaincre mes parents de rendre le Minitel 2 Philips pour le remplacer par un Alcatel, car ce dernier n'avait pas le bug du Philips sur le retournement de modem (je crois que c'était ça...). Mais [le clavier de] l'Alcatel, comme le Minitel 1, était beaucoup plus bruyant. Quand je me levais en catimini la nuit, il fallait donc que j'essaye de frapper doucement sur les touches pour que ça ne fasse pas trop de bruit.
Ça serait vraiment intéressant de voir ce que sont devenus toutes ces personnes, et leur usage de la « télématique » aujourd'hui. Combien d'ami·e·s continuons-nous de rencontrer en ligne ? À quel point nous gardons des traces de ce passage par les RTC avant la massification de ces modes de communication ? Encore une fois merci, et bonne continuation. (<lunar@anargeek.net>)

21/01/2004

Bonjour. J'ai lu avec attention votre [page sur votre] serveur RTC, j'ai 15 ans et n'ayant pas connu l'âge des micros qui ne plantaient pas, [je collectionne] les vieux ordis et consoles. J'aimerais vous demander ce que vous faites de votre Telestrat ? Il vaut très cher actuellement car il n'est sorti qu'à 2000 exemplaires. [...]
Récupérer des ordinateurs ne se fait pas comme ca, les entreprises ne peuvent donner des ordis qu'aux associations [...] J'ai voulu créer une association mais mes parents ne voulaient pas s'en occuper. C'est donc un ami qui a créé cette association avec ses parents comme membres du bureau [...]
Je trouve plein de consoles. Je les achète pour avoir les principales mais je préfère les ordinateurs. J'ai pu récupérer beaucoup de Thomson [que j'ai] en double. [...] Le problème, c'est que je n'amasse que ces machines et je m'en sers peu. C'est pourquoi j'ai décidé de créer un serveur monovoie sur TO9+. Je voulais faire au départ un serveur minimal sur internet, mais le TO9+ ne gère pas ca, tandis que le Macintosh le fait. Sur le serveur monovoie, j'aimerai créer un forum mais je pense que le public serait restreint, mais au moins je l'aurai créé. Sur votre site, Louis de serveur87.free.fr a fait un serveur sur TO9+, je l'ai contacté pour d'amples informations. [...] Je prépare un nanoréseau complet pour mon expo début octobre. Cordialement. (<clementg71@free.fr>) [Note de GT: 15 ans et déjà tant de projets... La relève est assurée !]

11/09/2003

Salut. J'ai retrouvé dans ta page, avec beaucoup de nostalgie, l'histoire de mon serveur GOLD. Sysop comme toi de 1991 à 1996, sur Amiga. C'était sur un logiciel écrit en GFA Basic par un ami qui a d'ailleurs servi à pas mal de serveurs Amiga. J'ai moi-même écrit quelques modules additionnels. C'était en [région parisienne], j'étais à Fontenay sous bois dans le 94. Dans les moments euphoriques comme un article du serveur dans AmigaNews je suis monté entre 350 et 400 cnx par mois. Le thème était l'Amiga, téléchargement, rubriques hard soft, et vers la fin de l'astronomie. Je me souviens d'ailleurs de la vieille querelle Amiga - Atari ST, l'époque était vraiment différente. Il y avait beaucoup de serveurs monovoie, il en reste encore quelques un qui résistent. Bye. (Thierry <gold94@club-internet.fr>)

09/09/2003

Bonjour. Je viens de voir ta page par hasard, on m'en avait vaguement parlé il y a environ 1 an (un ami qui était venu au RTC's 89 qui m'avait parlé de ton site) et celà me fait grand plaisir ! Mais d'abord, il faut que je me présente : Hervé WARIN, ex sysop d'un serveur dont tu ne parles pas (ce n'est pas grave !), à savoir ABB [Au Bon Bug], sur Commodore 128. Je ne fréquentais pas Pinky assiduement, je m'occupais beaucoup du développement de mon propre serveur et d'autres projets tels que des émulations minitel sur commodore, protocoles de téléchargement, décortiquages et bidouilles électroniques diverses... Mon serveur a du tourner de 1986 à 1992 (à plus ou moins 1 an...). Le logiciel était maison. Il y a eu 3 versions 8 bits (la dernière était faite avec Canal, en CP/M et directement dérivée de la dernière version d'EDTA), puis il y a eu un projet grandiose (mais jamais terminé) de multi-voies sur PC.
Pour parler de volumétrie, je n'ai pas de souvenir précis, ma fréquentation n'était pas extraordinaire, je n'ai jamais fait de pub, je crois qu'on a parlé d'ABB que dans le télémateur... Te souviens tu du nom du journaliste qui s'occupait du télémateur illustré ? [Réponse GT: Oulà... Dans la case Télémateur illustré de ma mémoire j'ai un grand vide, mais une voix subliminale me chuchote "Charlie" :-)]. Pour avoir une idée réelle, il faudrait explorer les fichiers des 3 différentes versions - et certains vont être très difficiles à relire vu que j'utilisais des lecteurs en IEEE488 (qui ne fonctionnent peut être plus aujourd'hui, ils étaient d'occasion et usés déjà à l'époque) avec une interface maison dont je me suis séparé il y a bien longtemps... Ce genre de matériel est aujourd'hui quasi introuvable, même chez les collectionneurs du net...
Puis j'ai trouvé mon premier job avec une boite qui voulait un système de RTC pour relier tous ses commercants (avec des Atari - on en a eu jusqu'à 1200 qui tournaient sur toute la France !!). Hé oui, j'ai d'ailleurs conservé les machines sur lesquelles je travaillais à l'époque : Un MEGA STe normal et l'un des 50 ST Book prototypes produits en europe ! Je l'ai redémarre il y a quelques mois, le disque dur a eu du mal, mais c'est finalement reparti au bout de quelques minutes... Pour bien faire, il faudrait que je fasse un ghost, même si le disque n'a pas beaucoup d'heures de vol, les 2,5 pouces sont fragiles - ce serait dommage que tout celà parte en fumée... Malheureusement, je n'ai jamais eu le courage de monter de site qui retrace toute cette histoire. Ma mémoire commence à s'estomper sur cette période aussi, je crois.
Te souviens tu d'Anaconda, de Bugs Bunny, de Pascal Lefrancois, de Pascal Hervé, de Rene Schmitt, de Michel Zombaï, du Télémateur ? Que sont devenus Falkien ? et Etoile (excepté les infos que tu donnes sur ton site) ? Dans tous les cas, j'ai religieusement conservé l'emsemble du matériel avec lequel tournait ABB et ce serait avec un plaisir certain que je le ressusciterais !
Que d'énergie passée... Si tu souhaites parler "du bon vieux temps" (réunions RTC's dont j'étais co-organisateur avec Canal), je suis toujours en région parisienne (je bosse à Neuilly en ce moment) et ce serait avec plaisir que je t'offrirais une mousse ! J'ai perdu Canal de vue vers 1992, lorsque j'ai débuté ma vie professionnelle. Si tu as d'autres contacts avec des pionniers que j'aurais oublié, ce serait aussi avec plaisir ! Pourquoi ne relancerait-on pas un RTC's 2003 ? En fait, je crois bien que 10 ans après, tout le monde s'est plus ou moins perdu de vue, non ? Moi, je vois toujours Pascal Lefrancois, j'ai moyen de joindre Bugs Bunny, et c'est à peu près tout... A une prochaine ! (Hervé WARIN <hwarin@wanadoo.fr>)

14/05/2003

Hello God ! Bon sang ! Mais quel plaisir de découvrir que Pinky ...is alive :-) J'ai eu une envie folle de chercher si mon pseudo "KEVIUS" avait une existence sur le net (puisque c'était le nom de mon RTC). J'ai tapé Kevius dans Google en me disant, bah après toutes ces années, il ne doit plus y avoir de trace de ce passé (pourtant tellement sympa) et ...miracle ! Je tombe sur cette page sur l'aventure de Pinky (sans oublier Bruno - Ellis). MERCI d'avoir eu cette grandiose idée ! Très heureux de savoir que tu as eu un coup de coeur pour ces années Minitel. @+ et bravo pour ton site, j'aime bien le côté sobre, et surtout bravo à ton père pour ses photos, elles sont magnifiques je parle en connaisseur (pas dans la pub, mais vraiment pas loin...). Amicalement = Kevius = http://www.f0dbd.com (Frederick Guerin )

[Note de GT: je recopie ci-dessous un autre intéressant message de Frederick Guerin racontant son expérience informatique et télématique]

Tout débute autour de 1986. C'est en découvrant le serveur de Bruno que j'ai choppé le virus. J'étais à Maisons-Laffitte (78) et il y avait aussi un serveur sur Apple 2 (Kenzo je crois ?) et c'est son nom avec un K qui me donna envie un peu plus tard de prendre le pseudo "Kevius" ! Au début le projet était de faire un RTC avec un Sinclair Spectrum, mais c'était trop difficile sur une machine sans port RS232 !
Vient l'année 1988. C'est alors que je fais la connaissance d'un autre fan de ces réseaux qui avait un Atari 520 STf (son RTC était SunTime mais je n'arrive plus à me souvenir de son prénom, il a monté sa boite de PAO bien après, il était dans le 92 [Note de GT: c'est Jérôme Pajard, alias "Jeje", qui venait souvent sur Pinky. Il avait lui-même créé SunTime après avoir vu Pinky, Pinky que j'avais créé après avoir vu Ellis...]). J'ai récupéré un bout de logiciel en GFA basic que j'ai entièrement modifié pour que cela donne MON logiciel serveur = KeviusTel 1.
Janvier 1989 Kevius (le RTC) ouvre ses portes avec un minitel 1b et le 520 STf sur disquette :-) Lors d'une soirée / repas avec le sysop de SunTime et les habitués du RTC je fais la connaissance d'un autre sysop, Laurent Lechelle "The Hobbit". Ensemble nous allons travailler sur des logiciels RTC (lui lancera le fameux serveur Halley) et le logiciel de téléchargement Btease compatible avec le protocole BBT du serveur Teletel 2 Teaser. Laurent est devenu un de mes meilleur ami depuis cette époque, comme quoi on faisait aussi de bien sympathiques rencontres dans notre microcosme !
En 1990 j'ai dû partir à l'armée, le RTC Kevius qui tournait alors sur disque dur a bien entendu profité de la veille du départ pour ...casser le disque dur (pensez donc, un Seagate de 30 Mo !). Du coup, le RTC tournera toute cette année avec 2 lecteurs de disquette (720 Ko pièce !).
En 1991, fin de l'armée, et arrivée d'un ...PC ! Et oui Kevius était sur sa fin de carrière un RTC Multivoies (2 + 1 locale) sous le logiciel MultiM ! une belle histoire donc, qui se termine en septembre 1992 ...je me suis marié :-))
Mais le virus étant toujours là... En 1995 je remonte un truc ...un BBS ! Et là c'est un changement de nom et de lieux. Nostromo BBS à Villennes sur seine (78) Les BBS c'était autre chose, des réseaux vraiment bien organisés, des forums internationaux, des échanges avec internet (Email, etc.) je faisais office de "HUB" pour la région Ouest de Paris (réseaux Fidonet, Francomédia, sparknet) le tout sur un PC beaucoup plus costaud (un K6 233 !) et c'est en décembre 1997 que je décide de couper la ligne. Internet à fait de gros ravages chez les pionniers des RTC/BBS ! Mais c'est l'évolution. Maintenant nous avons le haut débit... La vidéo et le son en ligne, les sites WEB, et les newsgroup :-)
De tout cela il reste cette petite pointe de nostalgie, mais surtout cette fierté d'avoir connu les débuts de la micro-informatique dans les années 80. On s'amusait comme des fous, on se couchait TRES tard juste pour pouvoir discuter avec un "visiteur" souvent anonyme, parfois un futur bon copain ! Il y avait même des filles :-))))) qui se souvient d'Etoile ? [Note de GT: Je crois qu'elle est mariée avec un Sysop, Falken, avec lequel Bruno (Ellis) avait monté le site 3615 Axelor. Décidément le monde des sysop est petit...]. C'était du bricolage (bonjour le bruit dans la chambre la nuit avec toutes ces usines à gaz !) c'était lent, pas toujours très beau, mais ...c'était NOTRE truc :-D Voilà brièvement ce qu'était le bout de chemin de Kevius ;-) A bientôt God, et encore bravo pour ton idée ;-)
Amicalement, Frédérick. Website http://www.f0dbd.com

08/11/2002

Salut God ! C'est Willem, je suis tombé sur ta page en [recherchant avec un pote] nos propres noms sur Google :-) que de souvenirs n'est-ce pas ? J'en profite pour saluer SEPP, si il repasse, et Ellis, et Laurent, et Damien, et Thierry (à qui on doit le truc le plus costeau jamais vu sur Oric, le Forth 83).
En ce qui me concerne, j'ai finalement vendu mon vieux Telestrat acheté en 1986, quand même 17 ans après (didiou, j'avais pas compté avant) à un collectionneur fou qui me courrait après depuis 3 ans. J'avais encore tout : la cartouche TELE-ASS, que j'ai failli épouser à la place de ma femme (je la voyais plus que cette dernière à l'époque :-)), la SOURIS, mes 2 alims, mon joystick d'Atari 2600 qui marchait si bien avec le Telestrat, toutes mes disquettes (mes jeux jamais finis, mes softs), les pages de mes 2 livres édités par AEDIT, ahhhh AEDIT, les soft ATMOS/TELESTRAT par dizaines, dont le terrible SAGA, favori de mes favoris.
Mais j'ai évidemment conservé tout ça sur PC (ça va faire drôle aux enfants qui verront ça dans quelques années...) avec le superbe Euphoric. [...] La qualité d'Euphoric, qui fait même tourner mes routines les plus délirantes en assembleur (je pense notamment aux scrolls de fous avec IRQ désactivées...), ne cesse de me surprendre [...]. Que devient Fabrice Frances d'ailleurs ? Je le [vois] pas mal dans les mailing list Linux mais hors ça... Et Fabrice Broche ? [...] De mémoire il avait laché Oric dès la faillite d'Oric-International (enfin, Euréka), mais je me plaisais à imaginer qu'il y reviendrait un peu avec le temps, y ayant finalement passé une bonne partie de sa jeunesse. Du reste, il a été, pour moi et sans doute pour d'autres, le prophète qui a influencé ma jeunesse, symbolisant la réussite informatique pour le gamin de 14 ans que j'étais à l'époque (je collectionnais les micr'oric...).
Ils sont loins les LDA #10 et les JSR #F42D ! (Guillaume MEISTER <g.meister@sfig.fr>)

20/10/2001

Merci de faire partager votre passion. Je ne connaissais pas vraiment ce systeme de Minitel. Ca me semble d'un autre temps... et pourtant j'étais né à cette époque ! Un site très intéressant ! (Gaspard <gaspard@europe.com>)

30/03/2001

Salut ! J'ai trouvé ta page vraiment super interessante et ca m'a rappelé les heures que j'ai passé devant mon minitel sur d'autres serveurs comme le tien et aussi à developper une extention à EINSTEL (je crois que c'etait le nom) qui etait un serveur monovoie en GFA Basic sur ATARI ST. Je me demandais s'il y avait d'autres pages comme la tienne, notamment sur des serveurs que j'ai beaucoup frequenté ("Le shingouz Bar", "Le potager", "SDE", etc.). Encore une fois, Bravo pour ta page et pour Pinky, que je n'ai pas eu la chance de connaitre, bien que j'ai reconnu de nombreux pseudos. (Thierry Pot <pot@club-internet.fr>)

29/03/2001

 

Heureux de retrouver un ancien du RTC, car à présent il n'en reste plus beaucoup. Le mien tourne encore: je l'avais créé en 1989, donc après vous, [sur un Thomson TO9 juste avant que] Thomson arrête sa production. Et nous sommes toujours là: au 05 55 43 82 44 de 19h à 7 h du matin, les jours fériés à partir de 13h 30. Site internet http://serveur87thomson.free.fr. J'ai visité votre super site. De belles pages en videotex, [c'était moins facile qu'aujourd'hui] sur le web. Vous n'avez pas pensé faire un jour un site sur les anciens RTC ? (Louis Progeas <L.Progeas@chello.fr>)

11/09/2000

Top top top top au top ce site ! J'ai vu du Cobra, du Flicos, un Lucky Luke... et j'en passe ! Ou ai-je rangé mon aspirateur ? (aspirateur de site bien entendu...) (Alex <canal@ifrance.com>)

11/09/2000

RTC, Ktas, Atari, etc. On se sent vieux d'un seul coup... (Marc Savard)

10/09/2000

J'ai tout lu sur Pinky et [...] j'ai vu des pseudos que je connaissais, a un moment tu cites IDTel ou Ellis etc... Et j'ai vu les photos de carrieres et je suis tombee sur ta tete. Et la je me suis dit que je connaissais ce visage et j'ai fait le lien Godefroy==#F42D God. [...] Extra ! C'est incroyable le nombre de gens que j'ai retrouvés sur internet. Ca n'arrête pas [...] Il y a quelques jours, un copain [...] me sort un gros bouquin [...] regroupant quelques superbes photos de carrières. Sur une d'entre elles je remarque un graffiti au noir de fumée: #F42D God. Je lui dis: "Tiens, c'est marrant, je me souviens de ce gars là: Godefroy. Il avait un pote qui signait presque du meme graffiti :#F42D Christ. D'ailleurs sur Minitel on pensait qu'ils étaient mégalos et se prenaient pour Dieu père et fils, alors qu'en fait il s'agissait du début de leur prénom. [...] Mon pote m'a dit: "Tout de même, le graf, là, il aurait pu s'abstenir le gars". Ca m'a bien fait rire. Comme je lui ai dit: "c'est le graf d'un mec qui ne fait pas de grafs et qui n'a rien à voir avec un saccageur de carrières". Franchement je ne pensais pas te retrouver quelques jours après ! Moi aussi j'ai une page web. Elle est dediee aux carrieres. http://www.chez.com/taara (Taara <taara@multimania.com>)

31/08/2000

Hello ! Je suis allé faire un petit tour sur ta page pinky. Très cool, je me suis bien marré a lire le récit de tes aventures informatiques et tes prises de bec avec le corps professoral, ca m'a rappelé la gueule de certains profs d'archi quand je leur ai montré mon projet de yourte... [...] Ca me [rappelle] ma jeunesse (snif!), ces temps glorieux de l'aventure électronique où tout était permis aux têtes brulées de la bidouille... Je me souviens avec un serrement de la gorge du jour où le drive 5'1/4 de mon C64 a grillé (physiquement, avec de la fumée et tout...). Aujourd'hui, raider du web, mon G4 tourne à plein régime... Je voulais te faire une petite suggestion sur ta page pinky: je la trouve trop longue, je pense qu'en la scindant en plusieurs pages successives, tu rendrait la lecture plus aisée. (Sylvain <ssilleran@free.fr>)

01/10/1999

Un bonjour de SEPP alias VANGUARD ! Super de pouvoir revoir tout ca... avec du recul. Nostalgie, quand tu nous tiens... Je me suis retrouvé 10 ans en arrière. C'est Laurent Chiacchierini (alias TELSTAR) qui m'a laissé les coordonnées de ton site: vraiment super; j'ai enfin vu les photos du serveur Pinky (avec ses lecteurs 3"). Dire que c'était hier... J'ai même retrouvé ma carte de visite (où je n'avais que 41 ans alors que je viens de fêter mes 50 !), ainsi que mon classement dans la course de bolide [Speedy]... Plus divers autres trucs oubliés qui me sont revenus en mémoire. C'etait vraiment une [sacré] époque si on compare maintenant avec le net...
VANGUARD, c'est moi ! Je t'ai d'ailleurs vu il y a environ deux ans à une visu au 10 rue des Petits Hôtels.... Eh oui, VANGUARD était SEPP ! Ce sont d'ailleurs les pages videotex animées (rappelles-toi: le marteau tombait sur l'enclume, et la guillotine fonctionnait...) téléchargées vers ton forum qui m'avaient donné l'envie d'ouvrir un serveur (SIGMA, qui a fonctionné de 1989 à un certain orage en été 1994) [...] C'est vieux tout çà, mais je m'en rappelle comme d'hier. Au fait, qu'est devenu ma "victime" BEST ? Disparu corps et bien, je présume... Laurent était au courant dès le départ que j'étais Vanguard (il m'a même donné des idées de pages). Ca a peut être aidé Best à s'améliorer (de toute facon, il ne pouvait que progresser hihi). J'espère toutefois qu'il n'a pas ouvert de site web (surtout pas avec un compteur: il le bidouillerait !). Je n'en ai plus entendu parler depuis la fermeture de Pinky. Amicalement. ;-) (Jean-Marie Hoy <jeanmarie.hoy@francetelecom.fr>)

[Note de GT: je recopie ci-dessous un autre intéressant message de Jean-Marie Hoy racontant son expérience informatique et télématique]

My Oric story: Je ne connais pas l'anglais, mais j'ai tout de même acheté un ordinateur anglais en 1984... J'avais vu tourner un programme sur Oric-1 en décembre 1983: j'étais resté en extase devant un logiciel effectuant des classements lors d'un concours de belote (eh oui ! j'étais membre d'un "foyer rural"). Ce logiciel, écrit en basic par le président du foyer, permettait la saisie des points, signalait les erreurs lorsque le total des points n'était pas correct. De plus, il triait (en 2 minutes !) aux points les 40 participants du concours afin que les quatre premiers (aux points totaux) jouent entre eux lors de la partie suivante (de même pour les 4 suivants, jusqu'aux derniers...). Actuellement un tableur prend 1 seconde pour faire la même chose... Mais je trouvais ça tellement fantastique que je décidais d'acheter également un Oric, en l'occurrence un ATMOS... en mai 1984. J'étais fier de ma petite boite rouge et noire qui mobilisait le téléviseur familial jusqu'à 3 heures du matin... Que de nuits blanches à retaper des listings... et surtout les sauvegarder (ah ces parity errors detected !).
Puis j'ai trouvé ELLIS, PINKY, TELSTAR, WILLEM, serveurs tournant sur ORIC (TELESTRAT). Surtout WILLEM, à deux pas de chez moi [Note de GT: à l'époque la majorité des serveurs étaient sur Paris et il était important de trouver un serveur près de chez soi car les communications téléphoniques nationales coutaient 20 fois plus cher que les communications locales], avec Guillaume Meister... Oric en pleine expansion, et Guillaume qui avait vu en mars 1988 un TELESTRAT II (en realité une boite vide) exposé à la boutique ORIC a PARIS !
C'est donc en avril 1988 que j'ai acheté un TELESTRAT, soit 1 mois avant la fermeture définitive d' ORIC... (BOUM BADABOUM !) Heureusement que le Club Europe Oric (ce n'était pas encore vraiment le club) était là: la première visu en septembre 1989 chez Laurent Ch., suivie de nombreuses autres... Après la crainte de me retrouver seul devant un ordinateur qui m'avait couté 3000 francs. Puis c'est le virus télématique qui m'a pris en novembre 1989: la création du serveur SIGMA (avec un lecteur 3", deux lecteurs 3"1/2 en 80 pistes bricolés maison et une RAM 64 Ko) proposant jusqu'a 36 programmes en téléchargement pour ATMOS, et un peu moins pour TELESTRAT. Ce serveur a vaillamment résisté jusqu'en juillet 1994 avant de rendre l'âme lors d'un orage (j'ai grillé par la suite cinq [contrôleurs de lecteur de disquettes] FDC1793... toujours sur le même appareil). Après cela, plus moyen de le faire tourner en serveur: il ne décrochait plus après un premier appel sans avoir été relancé... J'ai préféré l'arrêter (il est vrai qu'avec 1800 appels en 5 ans, j'étais loin des records des serveurs parisiens... et je remercie ces visiteurs pour tout ce qu'ils m'ont appris). Mais je reste fidèle à ORIC, même si j'utilise actuellement un PC et que je n'ai plus guère le temps de programmer en basic ou en LM comme il y a encore quelques années.

30/09/1999

Que d'émotions rétrospectives en parcourant [la page de Pinky]:-) Ah, Best... Au fait, dix ans après, je peux te révéler que Vanguard, c'était... Sepp, de son vrai nom Jean-Marie Hoy (il me l'a avoué lors d'une visu !). A+! (Laurent Chiacchierini <laurentch@freesurf.fr>)

24/09/1999

Je viens de découvrir "ta page perso", et j'avoue que ça m'a fait quelque chose... Que de souvenirs ! Je ne me souvenais plus que Pinky était aussi puissant et novateur pour l'époque... J'avais totalement oublié l'histoire des macros, des possibilités d'alignement et de justification de l'éditeur... Sniff. (Damien Ponnelle http://www.dipisoft.com)



8) Historique de cette page

25/09/2003

Ajout de nouveaux commentaires, et mention de la réouverture du forum d'Ellis.

03/02/2001

Devant l'intérêt suscité par la nouvelle version de la page de Pinky, ajout du téléchargement de l'archive des forums, sous forme de fichiers vidéotex et texte (indexé pour EasyView Macintosh, navigateur freeware stocké directement dans l'archive). Ajout du forum général que j'avais malencontreusement oublié, ajout des remerciements aux participants des forums (avec lien vers leur adresse email) et enfin ajout de témoignages d'utilisateurs.

30/08/2000

Réécriture complète de la page de Pinky, plus exhaustive, d'un poids d'une dizaine de Mo. Suppression de l'arborescence de petites pages et fusion en une seule page.

05/12/1997

Première version d'un site Web sur Pinky: quelques pages conçues rapidement et volontairement peu détaillées pour s'accomoder avec la lenteur d'internet. Le tout pèse largement moins de 1 Mo mais contient quand même quelques photos, copies d'écrans, ainsi que le bruit des lecteurs de disquettes du Téléstrat.

 

 

.

Des remarques, un problème ? Ecrivez moi !
Sommaire Page Web Godefroy Troude